Tilikum, orque tueuse ou victime ?

tilikum - orque

Tilikum, orque tueuse ou victime ?

Carte d’identité

  • Nom : Tilikum (signifie amis, relations, tribu, nation, peuple en jargon Chinook)
  • Autre nom : Tilly, Spartacus
  • Né en 1981 en Atlantique Nord (12/01/1981 pour le parc SeaWorld)
  • Décédé le 6 janvier 2017
  • Age : 35 ans
  • Espèce : Orque, épaulard (Orcinus orca)
  • Sexe : M

L’histoire vraie de l’orque Tilikum

Tilikum, une orque qui représente parfaitement toute la souffrance de son espèce dans les parcs. Découvrez ainsi les raisons possibles qui l’ont poussé à être mondialement connu. Peut-il vraiment être considéré comme un monstre ou bien est-il une victime de la vanité humaine ?

Contexte

Depuis 1976, les USA ont interdit le prélèvement d’orque sauvage dans les eaux américaines. De ce fait, les parcs doivent aller les chercher plus loin où aucune réglementation l’interdit. Les techniques de captures des orques sont parfaitement au point, et les plus jeunes en sont les cibles privilégiées. À l’aide de bateau, mais aussi d’avion pour pouvoir les voir depuis les ciels, ils traquent les orques. Les jeunes sont enlevés à leurs familles car plus facile pour le transport. Malheureusement, les orques adultes en font souvent les frais, mourant dans les filets.

Pour un parc, une orque vaut plusieurs millions de dollars et en rapportent tout autant. Les orques sont des animaux sociaux et intelligents, possédant leurs propres langages. Les accidents ne sont pas rares dans les parcs aquatiques qui travaillent avec des orques mais les accidents sont souvent étouffés ou minimisés.

Un enfant privé de sa famille

orque - tilikum - lanoline - nourriture

Tilikum recouvert de lanoline en train de se faire nourrir.

Tilikum naît durant l’année 1981 dans un groupe d’orque de l’Atlantique Nord. Pendant deux ans, il apprend tous ce qu’il doit savoir pour pouvoir vivre dans le vaste océan. Il connaît les différentes techniques de pêches ainsi que le langage qui leur est propre à son groupe. Ce sont des membres proches menés par une femelle dominante qui arrivent dans les eaux islandaises. Les harengs s’y trouvent en abondance et Tilikum s’en nourris depuis un an maintenant. La jeune orque mesure 3,5 mètres et il est encore en pleine croissance.

Un jour de novembre 1983, l’orque Tilikum et son groupe se trouvent près de le fjord Berufjörður, entouré par des bateaux. La technique est bien rôdé, à coup d’explosion pour finir par les bloquer dans une crique. Avant que le piège des filets ne se referment sur eux, mais seul les jeunes épaulards sont ciblés. Tilikum se retrouve séparé des autres, de sa mère, sorti de l’eau dans un brancard, son corps entier exposé au vent. Il lance des appels à l’aide mais le groupe ne peut déjà plus rien pour lui. Avant de les perdre totalement de vue, Tilikum se retrouve dans un petit bassin d’eau salée, totalement à part de son monde. Maintenant, sa vie ne lui appartient plus, tout comme sa liberté.

Après un trajet en bateau de plusieurs heures qui le ramène sur les côtés, Tilikum change alors de bassin, plus grand mais toujours plus petit que sa vraie demeure, l’océan. L’orque y reste pendant un an, ne pouvant que nager en cercle, dans le bassin en ciment du zoo marin de Hafnarfjörður. Puis arrive le jour du départ par un autre pays, le jeune Tilikum se voit recouvert de lanoline pour le préparer à un voyage en avion hors de l’eau.

L’orque Tilikum dans son premier parc aquatique, les origines de son mal ?

orques - Sealand

Les trois orques de Sealand of the Pacific. Nootka, Haida et Tilikum.

L’orque Tilikum arrive en 1984 dans le parc aquatique de Sealand of the Pacific près de ville de Victoria au Canada. Il se retrouve avec deux autres orques qui viennent aussi d’Islande, des femelles plus vieilles mais dont il ne comprend pas le langage. Cela sera ainsi avec toute les autres orques qu’il croisera dans le futur, un dialogue de sourd sous-marin.

L’eau qui remplisse les bassins proviennent bien de l’océan, mais Tilikum est coincé dans un bassin bien trop petit pour lui et qu’il doit partager avec les deux autres orques. Sealand of the Pacific se trouve dans une marina. Ainsi les seuls sons qui parviennent jusqu’à Tilikum sont le boucan dans des moteurs qui entrent et sortent.

 

Tilikum réalise alors son entraînement avant de commencer à participer aux représentations, un total de huit par jour et cela toute la semaine. Si Tilikum réalise mal un mouvement comme il l’apprit, la punition était collective. En effet, Tilikum et les deux femelles se voyaient privés de nourriture. Elles appellent Nootka IV et Haida II, des noms qu’elles partagent avec les autres orques femelles passaient avant elle dans le parc.

L’orque Tilikum, maltraité par les hommes et par les siens

Ainsi chaque soir, Tilikum se retrouve avec ses deux femelles dans le bassin couvert de 6 mètres de long et de neuf mètres, dans le noir le plus total. Il est le plus jeune tandis qu’elles se battent pour la dominance. Les orques possèdent une organisation matriarcale, Tilikum se trouvera toujours dominé en présence d’une femelle âgée. Ainsi chaque nuit, pendant près de 14 heures, l’orque Tilikum se retrouve être leur victime le poursuivant et le mordant.

Chaque matin, des cicatrices recouvrent son corps, parfois même, son aileron dorsal est en piteux état. Une nuit, Nootka IV se montre très violente envers lui, tellement qu’elle le charge la gueule ouverte mais finit contre la paroi métallique, le rostre écrasé et plein de sang. Si les orques refusent de rentrer dans le bassin couvert pour la nuit, elles n’auront pas de nourriture, et finissent par y rentrer quand la faim devient trop grande. Tilikum peut parfois profiter d’un peu de calme mis à part dans le bassin médical.

Tilikum est en stress continue, faisant les numéros sans repos, des nuits sans vraiment dormir, le manque perpétuel de nourriture, font qu’il développe un ulcère de l’estomac. Le temps passe et Tilikum devient sexuellement actif, quelque mois avant le jour fatidique, il s’accouple avec Haida II, qui donnera naissance plus tard au premier descendant de Tilikum, Kyuquot.

La première victime de Tilikum, qui en est réellement responsable ?

tilikum - orque - hors de l'eau

Tilikum hors de l’eau à SeaWorld.

Le 20 février 1991, c’est le jour du premier crime qui incombe à Tilikum ainsi que les deux autres orques qui se trouvent avec lui dans le bassin. Keltie Byrne, une entraîneuse tombe dans le bassin, mais les trois orques ne lui permettent de revenir sur le bord. Tilikum l’emmène vers le fond, ne lui permettant pas de reprendre son souffle, les deux orques participantes aussi dans ce jeu macabre. La jeune femme réussis à leur échapper et à atteindre le bord, mais les orques la ramène dans l’eau. Elle refait surface plusieurs fois et la bouée de sauvetage lancée dans le bassin ne lui parviendra jamais. Les orques ne laisseront son corps sans vie qu’au bout de deux heures pour qu’il soit retiré du bassin.

Le parc ferme quelque temps plus tard et les trois épaulards arrivent dans d’autres parcs aquatiques. C’est le 9 janvier 1992 que Tilikum et Nootka IV arrivent à SeaWorld Orlando en Floride.

Tilikum, la banque de sperme de SeaWorld

L’orque mâle qui pèse 5,5 tonnes entre alors dans le programme de reproduction d’insémination artificielle. Pour cela, Tilikum doit se mettre sur le dos, tandis que des dresseurs le branlent, littéralement, pour recueillir sa semence dans un sac plastique. Il répétera l’opération à de nombreuses reprises, la seule orque mâle de SeaWorld. Tilikum aura 21 descendants en tout, mais beaucoup mourront très jeunes.

Dans ce parc, l’orque Tilikum fait toujours les spectacles, faisant ses figures qu’il a apprises en échange de poisson mort qui ne lui suffisent toujours pas. Dans son espace toujours aussi limité, tournant en rond dans son bassin, seul puisque les femelles continuent de l’attaquer. Chaque matin, Tilikum a le droit à sa visite, celle de ses dresseurs qui échangent avec lui, semblant content de les voir.

En 1999, le 6 juillet, sur le dos de Tilikum se trouve un homme. Entièrement nu et visiblement mal mené par l’orque dont un testicule manqué. L’intrus était resté dans le parc et avait pénétré dans le bassin de Tilikum. L’orque l’a-t-il emmené vers le fond pour le noyer ? Son corps était en tout cas recouvert de blessures, écorchures et de contusions.

La mort qui le malheureusement rendra célèbre

orque - tilikum - dawn brancheau

Tilikum au côté de Dawn Brancheau à SeaWorld.

Après ce jour, l’orque Tilikum reprend les représentations et continue de produire d’autres orques captives. Lors des spectacles, son principal rôle est d’arroser les quinze premiers rangs ne faisant ainsi que le clou du spectacle. Entre les représentations, Tilikum et d’autres orques vont dans un bassin avec des vitres. Ils peuvent alors voir les gens présents, les flashs arrivant dès qu’il passe devant eux. L’orque Tilikum s’arrête devant les vitres et sort parfois sa langue partiellement.

C’est la routine de Tilikum jusqu’au 24 février 2010, le jour où il provoque la mort d’une troisième personne, son entraîneuse Dawn Brancheau. Après une représentation, comme il en fait habituellement, Tilikum se retrouve avec son entraîneuse qui le caresse. Les autres représentations se sont mal passé, les orques étaient particulièrement excitées. Au début tout se passe bien, Tilikum répond bien aux demandes, faisant parfaitement ses deux premiers exercices. Pour son dernier, il doit faire le tour du bassin, se mettant sur le côté pour faire un salut avec sa nageoire.

Un coup de sifflet mais Tilikum ne réagit pas et continue son exercice jusqu’à entendre le deuxième. L’orque mâle n’a pas directement sa récompense, son entraineuse considérant qu’il a mal travaillé. Et au moment où il a enfin sa récompense Tilikum peut entendre le fond de seau, la glace qui se frotte. Mais les exercices continuent sans qu’il ne reçoit plus de poisson, sans qu’il reçoive sa récompense pour avoir bien travaillé.

Tilikum retrouve sa dresseuse dans le centre du bassin pour un moment censé être de relaxation, après l’avoir suivi. Il s’approche, se place à côté d’elle avant de lui saisit le bras gauche, de la tirer et de tourner sur lui-même, l’entraînant dans l’eau. Le corps de la jeune femme est alors entièrement fracturé, gardant le corps pendant plusieurs heures. Son bras gauche arraché et certainement avalé par l’orque.

Une vie pas si différente d’avant

orque - masturbation

Orque mâle en train de se faire masturber.

Suite à cela, Tilikum se retrouve davantage isolé des autres orques du parc, privé de la compagnie d’un autre orque mâle Trua. Il ne participe plus aux représentations, mais sa semence continue de se voir collectée, malgré son passé. Non seulement privé de la présence des autres orques, les hommes n’entrent plus en contact direct avec lui.

Ce sont maintenant des jets d’eau qui le massent. Tilikum reste parfois toute la journée au soleil dans son bassin sans profondeur pour le protéger et le rafraîchir de la chaleur. Alors qu’il existe un bassin couvert à SeaWorld Orlando.

L’orque ne possède plus de dent, forés manuellement, recevant continuellement des antibiotiques pour éviter toute infection. Mais bien avant cela, la dentition de Tilikum était en mauvais état. Comme toutes les orques captives, il mord les rebords en béton de son bassin et les barrières en métal.

Des personnes qui l’exploitent contre des gens qui l’aiment

Les dresseurs passent peu de temps avec lui, Tilikum tourne en rond lentement, ou bien se trouve immobile parfois à la verticale, son rostre sortant de l’eau. Il ne possède pas de jouet dans son bassin pour l’aider à briser l’ennuie. Seulement les moments où un poisson tombe au fond du bassin, tournant avec un petit moment. Parfois, Tilikum regarde les autres orques lors des représentations ou pendants les entraînements. Les envient-ils ou désirent simplement la compagnie des siens ?

Le 30 mars 2011, c’est le retour de Tilikum sur scène lors du nouveau spectacle du SeaWorld Orlando. Il est à nouveau de la compagnie d’autres orques. Il se trouve avec son petit-fils Trua, née en 2005, lors des représentations. Ainsi qu’avec l’une de ses filles Malia naît en 2007. Certainement du à la présence de gens qui souhaitent une vie meilleure pour lui, restant près de son bassin pour veiller sur Tilikum, pour nous informer. Même si parfois, ses apparitions dans les spectacles ne se passent pas bien. Voir qu’il n’y apparaît pas du tout.

Tilikum, le Spartacus des orques

En décembre 2011, Tilikum se voit mis en pause pour maladie sans que son origine ne soit connu. Avant de reprendre les spectacles à SeaWorld Orlando en avril 2012. Mais durant l’année 2016, le 3 mars, la santé de Tilikum se dégrade, devenant davantage léthargique. Il serait atteint d’une infection bactérienne pulmonaire très résistante aux antibiotiques. Cela est certainement du au traitement qu’il reçoit depuis longtemps pour éviter les infections de dents.

Tilikum reste dans son bassin sans bouger, totalement statique et inerte, malgré les invitations des soigneurs. Il lui arrive de disparaître sous l’eau avant de réapparaître et d’être intéressé par le spectacle surtout la fin. Lors des moments de repas, l’orque refuse de se nourrir. Le 19 mars, l’état de Tilikum semble s’améliorer malgré son infection à une bactérie multi-résistance. Il interagit davantage avec ses dresseurs et les autres orques semblent s’intéresser à son état. Tilikum reprend les spectacles, malgré qu’il se remette encore de sa maladie ou l’a-t-il vraiment vaincu ?

Le seul chemin de la liberté pour l’orque Tilikum, la mort !

orque - tilikum - bassin

Tilikum seul dans un bassin bien trop petit pour lui à SeaWorld.

L’orque Tilikum s’éteint le matin du 6 janvier 2017 de la même maladie diagnostiquée au cours de l’année 2016. À la fin de sa vie, il pesait 5,6 tonnes et mesurait près de 7 mètres. Il était considéré comme vieux pour SeaWorld alors que 35 ans n’est que la moitié de l’âge d’un orque mâle dans la nature. Il était au contraire dans la force de l’âge, c’est la détention qui l’a rendu faible. Tout au long de sa vie, il aura de nombreux enfants, petits enfants et même arrière-petits-enfants. C’est ainsi que 54 % des orques de SeaWorld possède ses gènes. Son corps imposant est sorti avec une grue, prévu depuis longtemps pour ce moment.

Où s’est retrouvé le corps de l’orque Tilikum après sa mort ? Certain souhaitait pouvoir étudier son cerveau, pour découvrir les effets des coups répéter contre les parois, ont-ils pu le récupérer ?

Malheureusement, l’orque Tilikum n’est pas le seul animal à être impliqué dans la mort d’un Homme. Celle le cas par exemple du lion Marjan et de l’hippopotame Komir. Vous pouvez aussi la vie telle que Tilikum aurait pu la vivre, celle d’un orque résidente l’Atlantique Nord.

Média

Tilikum apparaît dans le film documentaire Blackfish, sorti en 2013. Sa vie permet de montrer les conditions de vie de ses animaux intelligents et sociables.

Keiko est une orque qui a aussi rendu célèbre via le septième art, exploité par les Hommes mais qui connaitra un dénouement bien différent.

Sources (visités le 11/04/2019)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
ut vulputate, ut sed leo ipsum quis, felis mattis
%d blogueurs aiment cette page :