Le mouvement Extinction Rébellion

L’origines d’Extinction Rébellion se trouve dans le groupe naît en 2016, RisingUp ! qui en est une campagne. Ainsi en 2018, il lance le mouvement arborant le symbole de l’extinction sur leurs drapeaux. C’est le 31 octobre 2018 qu’Extinction Rébellion fait son entrée en scène. Un millier de personnes participent sur le Parliament Square à Londres.

En novembre 2018, le mouvement s’internationalise. Des groupes locaux apparaissent aux USA, en Italie, en Allemagne, en Australie, en Nouvelle-Zélande, ainsi qu’en France. À l’image de cette dernière, des outils de communications sont mis en place. La création des groupes locaux est aidés avec les outils mis à disposition par le mouvement, conforme aux valeurs de décentralisation et d’horizontalité.

Le mouvement prône des actions non violentes de désobéissance civile, tel que des occupations de site. Extinction Rébellion puisse dans notre histoire, de divers mouvements sociaux non violents. Les actions servent à montrer l’urgence devant la situation actuelle. C’est-à-dire le dérèglement climatique, les extinctions d’espèce accélérées. Mais aussi l’effondrement de nos propres sociétés humaines à cause de nos styles de vie dévastateurs pour la planète.

Le symbole de l’extinction sur des drapeaux lors d’une manifestation d’Extinction Rébellion à Londres. Image issue d’ecohustler.com

Les principes d’Extinction Rébellion

Le mouvement mondial annonce 10 principes pour tous ceux qui sont souhaitent se joindre aux actions d’Extinction Rébellion.

  • Nous partageons une même vision des changements nécessaires. Créons les conditions d’un monde habitable pour les générations futures.
  • Nous ajustons notre mission à la mesure de ce qui est nécessaire. Mobilisons 3,5 % de la population, seuil à atteindre pour déclencher un changement de système – en nous appuyant sur une organisation structurée mais décentralisée, comme celles des essaims.
  • Nous avons besoin d’une culture régénératrice. Loin de notre système délétère, créons une culture saine et résiliente.
  • Nous nous remettons nous-mêmes en question, autant que ce système délétère. Abandonnons nos zones de confort, pour devenir les acteurs du changement.
  • Nous valorisons la réflexion et l’apprentissage. Alternons actions, réflexion, et apprentissage avant de planifier de nouvelles actions. Apprenons de chacune de nos actions, en nous enrichissant des expériences d’autres mouvements dans d’autres contextes.
  • Nous accueillons chaque personne telle qu’elle est. Créons des environnements plus accueillants et plus accessibles pour chacun·e.
  • Nous limitons délibérément les rapports de pouvoir. Brisons les relations de domination, pour une participation plus équitable.
  • Nous ne tenons pas de discours moralisateurs et culpabilisants. Incriminons notre système toxique, plutôt que les individus qui y vivent.
  • Nous sommes un réseau non-violent. Utilisons une stratégie et des tactiques non-violentes, car elles permettent de maximiser nos chances pour provoquer un changement de système.
  • Notre mouvement est fondé sur des principes d’autonomie et de décentralisation. Créons collectivement les structures nécessaires pour défier le pouvoir.

Le symbole de l’extinction dans sa version utilisée par Extinction Rébellion. DAVID HOLT [CC BY 2.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/2.0)]

Les demandes d’Extinction Rébellion

Sur leur site, Extinction Rébellion fait quatre demandes.

  • La reconnaissance de la gravité et de l’urgence des crises écologiques actuelles et une communication honnête sur le sujet.
  • La réduction immédiate des émissions de gaz à effet de serre pour atteindre la neutralité carbone en 2025, grâce à une réduction de la consommation et une descente énergétique planifiée.
  • L’arrêt immédiat de la destruction des écosystèmes océaniques et terrestres, à l’origine d’une extinction massive du monde vivant.
  • La création d’une assemblée citoyenne chargée de décider des mesures à mettre en place pour atteindre ces objectifs et garante d’une transition juste et équitable.

Pour plus de renseignement, voici le lien vers le site du mouvement.

Les critiques sur les demandes d’Extinction Rébellion

Nombreux sont ceux qui ont critiqué les demandes de l’organisation qui utilise le symbole de l’extinction. C’est notamment le cas de la date limite de 2025, jugé trop courte pour être réaliste. Que ce soit sur le point technique, politique et économique, ce délai ne le permettrait pas. Mais en même temps, l’urgence est là, il faut agir rapidement. Étrangement quand il s’agit de trouver de l’argent qui n’existe pas pour refluer les banques, tout devient possible.

Le second point est le rejet du véganisme par Extinction Rébellion. En effet, ces derniers favorisent les actions groupées pour obtenir des changements politiques. Ne mettant ainsi pas l’accent sur l’action individuelle, alors que les deux sont indissociables. Extinction Rébellion mise alors d’avantage sur une industrie durable et locale. C’est ce qui leur est reproché, car des animaux continueront de consommer plus de végétaux que ce qu’ils peuvent apporter en viande. De même, la consommation  d’eau serait toujours très importante et la production de méthane, gaze à effet de serre, serait encore présente. Les opposants pointent aussi du doigt la pratique “réducétarienne”, c’est-à-dire de réduire sa consommation de produit animal. Pour eux cela ne changerait rien au problème, avec une seule journée dans la semaine.

Pour lire l’essai entier de Gary L. Francione, c’est sur le média Medium (en anglais).

N’oubliez pas de laisser un commentaire. Que ce soit pour faire connaître votre avis où améliorer les biographies et les articles de ce blog. En vous remerciant de cette lecture et d’avoir découvert cette histoire.

Conclusion

Maintenant qu’un symbole représente la cause écologique, la sixième extinction, il peut être imposé partout. Les gens passant devant, pourront comprendre alors et se rappeler, peut-être, de l’urgence d’agir. L’action de l’organisation Extinction Rébellion a-t-il pu avoir un impact sur les résultats du scrutin des parlementaires européens de 2019. Sans oublier les grèves des étudiants dans ce sens, eux qui se battent pour sauver ce qui peut encore l’être. En effet, le parti écologique français arrive troisième aux élections européennes. Tandis que le parti animaliste fait deux pourcents de voix en France. Ainsi le groupement écologique est en quatrième position au parlement européen. Suffisant pour faire tourner la barre pour une Europe plus écologique, pour que le symbole de l’extinction appartiennent à l’art abstrait ?

Histoire de Compagnie propose de nombreuses biographies animales qui peuvent parfois finir bien mais qui finissent malheureusement mal. Découvrez la vie d’animaux dans la nature, ce qu’elle est actuellement avec conséquence de l’action des activités humaines. Mais aussi des espèces qui se sont adaptées à la ville, notre monde artificiel.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
Nullam venenatis, et, ante. id, quis, ipsum tempus elementum libero Sed sem,
%d blogueurs aiment cette page :