Le symbole de l’extinction

C’est un symbole qui se retrouve un peu partout, tagué sur une poubelle, où des blocs de bétons de sécurité. Ce X ne représente pas la présence d’un trésor, aucunement, il en serait même le contraire. Son nom, le symbole de l’extinction. Il est dans la même lignée que celui de la paix et de l’anarchie, simple à faire et à reconnaître.

Le symbole de l’extinction. Une des deux formes existantes. Image d’extinctionsymbol.info

La signification

Un rond qui entoure une croix avec ses extrémités qui se rejoignent en haut et en bas. Facile à reproduire, mais pourtant chaque élément représente quelque chose. Le rond, c’est notre planète, la Terre, celle que nous foulons chaque jour, la même que pour nos ascendants et nos descendants. Le symbole au centre, c’est un sablier, rappelant l’urgence de la chose, celle de l’extinction de masse qui est en train de se produire. Mais surtout que le temps nous est compté avant de dépasser irrémédiablement la ligne de la fin. Nous sommes à 23 h 59, la sixième extinction de masse est en cours, voila ce que représente le symbole de l’extinction.

Le créateur du symbole de l’extinction

C’est anonyme, seul son pseudo, celui d’un artiste de rue de la ville de Londres, nous est connu, ESP. Sa volonté de changer les choses, d’ouvrir les yeux aux autres commence dans les années 1990. Il fait un voyage à Sumatra, où le futur créateur du symbole de l’extinction découvre la déforestation. Des souches noirs à perte de vue pour y permettre la production de l’huile de palme. Amoureux de la nature depuis son enfance, cela le révolte et le marque à jamais.

En 2008, il commence à manifester pour le déclin de nombreuses espèces animales, considéré la sixième extinction de masse. C’est après de nombreux recherches dessus, ainsi que sur la force des symboles, que celui de l’extinction fut créé. ESP avait réalisé qu’il y avait aucun symbole rassemblant pour les mouvements écologistes. Et c’est en 2011 qui cela changea. C’est à force d’essai que celui qui deviendra le symbole de l’extinction naquit, apparaissant dans l’esprit de l’auteur comme une évidence.

Le symbole de l’extinction. Une des deux formes existantes. Image d’extinctionsymbol.info

La puissance d’un symbole

ESP envoie alors son symbole à plusieurs groupes écologistes, mais un seul lui répond. Ce dernier y sont favorable, mais  tant qu’il ne sera pas connu, ils ne l’utiliseront pas. C’est alors à ESP de le faire connaître, par ses propres moyens, sans aucune aide extérieure. L’artiste de rue commence à le mettre sur tous les murs, les passants  se moquant de lui. Mais il continue et parfois, certains comprennent le symbole, “le temps qui passe.” Lui assurant ainsi que le sens de son symbole de l’extinction peut être compris d’un seul coup d’œil.

Le symbole se répand aussi sur le web, le compte Twitter est celui du symbole de l’extinction et non de son auteur. Il traverse même les frontières du Royaume Uni, de l’Europe. Le symbole va au delà des espérances premières de son créateur. ESP souhaitait le voir fleurir sur tous les murs. Cela pour interloquer les passants sur leur hyper-consumériste et les conséquences sur l’environnement. C’est durant l’été 2018 qu’un nouveau groupe de militant écologiste le contacte pour utiliser le symbole de l’extinction, le mouvement Extinction Rébellion.

Pour lire l’interview en entier, voici un lien vers ecohustler.com (en anglais).

Mosaïque du symbole de l’extinction de Carrie Reichardt. Image issue d’ecohustler.com

Histoire de Compagnie propose de nombreuses biographies animales qui peuvent parfois finir bien mais qui finissent malheureusement mal. Découvrez la vie d’animaux dans la nature, ce qu’elle est actuellement avec conséquence de l’action des activités humaines. Mais aussi des espèces qui se sont adaptées à la ville, notre monde artificiel.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
porta. leo. risus. elit. at mi, commodo amet,
%d blogueurs aiment cette page :