Le chat Simon, aimé de trois capitaines

chat - Simon

Le chat Simon, aimé de trois capitaines. Image provenant de Wikipedia.

De chat errant à chat marin

Le chat Simon fait certainement ses premiers pas sur Stonecutters Island, à Hong Kong. Sur cette île se trouve un chantier naval à la fin de l’année 1947. Là-bas les proies ne manquent pas, les ouvriers et les soldats y sont nombreux, laissant derrière eux, quantité de déchet. Lors d’une chasse en mars 1948, Simon se rapproche d’un navire anglais, l’HMS Amethyst. Un jeune soldat de 17 ans le repère alors et le prend dans ses bras pour faire de lui le chasseur de rat de son navire. Mais pour monter à bord sans la permission du capitaine, le chat Simon se retrouve caché dans le veston du jeune marin.

Une fois les dangers passés, il se retrouve dans la cabine du marin qui possède déjà des responsabilités malgré son jeune âge. Ce qui fait que le chat se trouve non loin de la cabine du capitaine de l’HMS Amethyst. Le jour de leur rencontre est inévitable et Simon se retrouve en face de lui. Heureusement, le capitaine aime les chats et il obtient officiellement le poste vacant de chasseur de rat. Les proies ne manquent pas sur le navire anglais, les rats pullulent. À chaque fois qu’il fait ses besoins sur le navire, un soldat se dépêche de l’enlever. Si le capitaine tombait dessus, cela signifiait que Simon repartirait à terre.

Le chat Simon et les capitaines

Simon se met rapidement en quête de ses proies, protecteur de la santé et quarrant de l’hygiène des marins anglais. Durant ses tournées, il rencontre parfois le chien Peggy. Les proies qui se retrouvent dans sa gueule finissent régulièrement comme offrande au pied du capitaine, voir parfois sur sa couchette. Lorsqu’il le siffle, le chat Simon rapplique de n’importe où il se trouve. Il suit alors le capitaine dans sa ronde du soir. Au moment des siestes, Simon trouve une place dans la cabine du jeune marin, mais aussi dans celle du capitaine. Le jeune chat noir aime particulièrement la casquette en or tressée du capitaine, surtout lorsqu’elle est retournée.

Le chat noir, surnommé Blackie par l’équipage, est apprécié de tous les marins, reconnaissant le travail important qu’il réalise pour eux. Ainsi tout le monde le nourrie, le caresse et à le droit à ses ronronnements. L’un de ses passe-temps préférés est d’attraper les glaçons dans une cruche d’eau avec sa patte. Simon se débrouille bien à ce petit jeu.

Mais en décembre 1948, le capitaine est remplacé et cela pourrait changer quelque chose pour Simon. Mais heureusement, le nouveau leader du HMS Amethyst est aussi un amoureux de chat. Ses privilèges sont conservés, mais il ne se fait plus siffler pour venir faire la ronde du soir.

L’incident du Yang Tsé

chat - Simon - trois marins

Simon avec trois membres d’équipage du HMS Amethyst. Image provenant de anomalien.com

En avril 1949, le navire reçoit l’ordre de remonter le fleuve Yang Tsé pour aider à la protection de l’ambassade britannique. L’Amethyst n’a parcouru que 150 kilomètres que les communistes l’attaquent, mais aucun obus ne le touche. Une heure plus tard, une nouvelle batterie les bombardent, mais ce coup si, ils touchent leur cible. De puissantes explosions se produisent sur le pont et la timonerie, tuant de nombreux soldats et le capitaine. Simon se trouve, très probablement, dans la cabine du capitaine, se faisant souffler violemment. Il reçoit quatre débris d’obus dans une patte et le dos. Alors que la douleur le parcours, que son ouïe et ses moustaches ont souffert de l’explosion, il rampe dans un coin du pont, au milieu des débris. Il finit par s’évanouir, caché de tous.

Quelques jours plus tard, le chat Simon se réveille, le sang a eu le temps de sécher. Il déambule sur l’HMS Amethyst, où il ne croise quasi-personne, le navire ayant été évacué pendant son évanouissement. Il est très faible, effrayé, la faim le taraude, tout comme la soif. Simon finit par tomber sur un soldat, en voyant ses blessures, il le prend soigneusement dans ses bras. Il le restaure avant de l’emmener auprès du médecin. Le chat Simon présente de grave blessure au visage, ses moustaches ont brûlé, son cœur est affaibli, mais aucun os n’est brisé.

Les conséquences sur le chat Simon

Le chat Simon passe la nuit, allant contre le pronostic du médecin. Un nouveau capitaine a pris la succession, mais ce dernier n’est pas aussi amical avec les chats que les deux précédents. Pour Simon, la porte de sa cabine reste close. Il se retrouve alors dans le mess des petits officiers, avec un lit confectionné par son sauveur. Après quelque jour de repos, ses blessures guérissent, il peut marcher. Au moment des funérailles des soldats décédés, le chat noir se retrouve sur le pont. Simon se dirige ensuite vers la cabine du capitaine, cherchant réconfort dans la casquette. Comme il le faisait avant, mais il se fait jeter dehors sans délais.

Le retour aux vieilles habitudes et à des nouvelles

Simon se remet au travail qui est devenu des plus essentiels. Les rats se sont multipliés, entre l’attaque et son absence, menaçant la réserve de nourriture. Ils ne se cachent même plus, envahissant les quartiers d’habitations. Il attrape plusieurs rats par jour et en ramène aussi au capitaine. Il le caresse en remerciement de son travail. Mais lorsque Simon a le dos tourné, le capitaine jette la proie par-dessus bord.

En l’absence de Simon, un rat en particulier a pu mener sa petite barque sans problème. Il est certes gros, mais les marins sont incapables de l’attraper, le voyant comme un être vicieux et audacieux. Ils le nomment alors Moa Tse-tung. Avec ses compagnons, rien ne lui résiste et les pièges sont totalement inefficaces. Un jour, le rat et Simon se retrouve face à face. Malgré qu’il soit encore diminué, le chat noir saute sur le gros rat et gagne ainsi le duel. Les marins l’acclament, recevant le titre non officiel de Able Seacat Simon.

Le chat a aussi une autre fonction à l’infirmerie avec les jeunes marins blessés et traumatisés. Le fait qu’il porte sur lui les blessures de la même bataille qu’ils ont vécu permet de créer un lien. Ainsi le chat s’allongent sur leurs couchettes, les pétris avec ses pattes et ronronne. Sa simple présence permet aux jeunes soldats de se remettent lentement de leurs traumatismes, par l’exemple que leur montre Simon.

chat - Simon - troisième capitaine

Le chat Simon avec le troisième capitaine du HMS Amethyst. Image provenant de hetimes.co.uk

Les derniers jours du chat Simon en Chine

Deux mois après l’incident, les jours s’allongent, tandis que les températures et l’humidité augmentent. L’HMS Amethyst voit ses réserves diminuer, notamment le carburant. Il y a alors plus de ventilation et de réfrigération dans tout le navire, cette énorme boîte de conserve. Malgré la chaleur, le chat Simon poursuit sa mission. Il permet de maintenir le moral des troupes, avec l’aide du chien Peggy.

En plus de la chaleur, il doit aussi affronter un typhon. Simon se retrouve enfermer dans une cabine, les marins ne voulant pas le perdre une nouvelle fois. La cabine est celle du capitaine qui l’apprécie maintenant énormément, reconnaissant son travail. Cela malgré ses blessures et son problème cardiaque.

Le 30 juillet 1949, Amethyst réussis enfin à partir, sous la protection de la nuit, même si les communistes tirés au canon depuis le rivage. Le 1 août 1949, tous les marins se regroupent sur le pont, de même pour le chien Peggy et le chat Simon qui se fait porter. Après un discourt résumant les 101 jours de leurs périples, Simon reçoit le ruban de campagne Amethyst.

La reconnaissance de son travail

Alors que le navire se dirige vers Hong Kong, l’incident de Yang Tsé est diffusé largement, à tel point que l’équipage, y compris Simon, est salué comme des héros. Durant les réparations dans la colonie britannique de Hong Kong, un message arrive, proposant que le chat Simon reçoive la médaille Dickin. Mais cela doit se faire avec l’accord du capitaine, qui accepte cette proposition le 10 août 1949. Un collier arrive pour Simon, pour y mettre sa future médaille. Durant cette période, le nouveau capitaine est tombé malade, le chat Simon lui a tenu compagnie dans sa couchette durant ce moment.

Alors qu’il se trouve encore à Hong Kong, lui et Peggy reçoivent une nouvelle fois les rubans de campagne Amethyst lors d’une présentation au China Feet Club. À ce moment, une garde d’honneur au garde-à-vous est présente pendant que les citations sont lues.

La célébrité du chat Simon

Le chat Simon est devenu tellement célèbre et apprécié que les photographes ne cessent de le harceler. Mais il apprend vite à les reconnaître et disparaît à chaque fois qu’ils veulent le prendre en photo. Un jour, Simon descend pour la première fois du navire, partant en promenade sur la terre ferme. Mais cela inquiète le capitaine qui ne le voit pas revenir. Il envoie l’équipage à sa recherche, sans pouvoir mettre la main dessus. Trois heures plus tard, Simon revient sur le navire, il a certainement été à nouveau le centre d’intention.

Lors du voyage retour vers l’Angleterre, pays qu’il n’a jamais connu, de nombreux arrêts sont faits, toujours avec la même effervescence autour de lui. Que ce soit à Singapour, Penang, Colombo, Aden, le canal de Suez, Malte et Gibraltar. Lors d’une escale, un nouveau compagnon arrive, un lapin du nom de Hugo. Au début, il devait être offert à Simon comme repas, mais les marins s’y attachent, évitant la casserole. Enfin jusqu’à l’arrivée en Angleterre, les frais de quarantaines sont de 30 £.

chat - Simon - tombe

La tombe du chat Simon. Image provenant de wikipédia.

Ses derniers jours sur terre

L’HMS Amethyst arrive à Plymouth au début de novembre 1949. Malgré son statut particulier, le chat Simon ne peut pas éviter la quarantaine de six mois à Surrey. Chaque jour, il a de nombreuses visites, recevant de nombreux messages et cadeaux. Le personnel joue avec lui et les marins viennent régulièrement le voir.

Après quelques jours, le tempérament du chat Simon change, il devient apathique, sa température monte et présente une inflammation du tube digestif. Il reçoit de nombreuses injections et avalent plénitude de comprimés. Malgré les soins, le chat Simon décède au matin du 28 novembre 1949, âgé seulement de deux ans. Son cœur affaibli par ses blessures de guerre ne lui ont pas permis de survivre au virus. Il devait recevoir sa médaille le 11 décembre 1949 à Londres. Son corps est enterré au cimetière des animaux du PDSA à Ilford. Un cercueil a été réalisé à sa taille, le drapeau de l’union drapé avec les honneurs de la marine lors de son enterrement.

Sur internet, Simon prête son apparence à Sam, un autre chat présent sur Histoire de Compagnie. Mais le second n’a pas laissé d’image en étant certain que ce soit lui. Découvrez bien d’autres animaux qui ont montré l’exemple à des blessés de guerre. C’est le cas de la chienne Faith, dépourvue de patte avant à la naissance. Ou encore de la petite chienne Smoky, considérez souvent comme le premier chien de thérapie. Avant de partir, n’oubliez pas le commentaire, cela fait toujours plaisir.

Ce que l’histoire retient du chat Simon

Il est le premier chat a obtenir la médaille Dickin.

Media

Il apparait avec bien d’autres chats marins dans le livre Ships’ Cats in War and Peace, paru pour la première fois en 2001.

Sources

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
commodo venenatis, libero amet, dapibus ut dictum quis, dolor. tristique elit.
%d blogueurs aiment cette page :