L’éléphant d’Asie Siam aux trois vies d’esclaves

siam - éléphant d'asie - zoo

Siam, l’éléphant d’Asie au 3 vies. Image de www.zoochat.com

Les éléphants d’Asie sont domestiqués depuis 4200 ans, d’abord pour la guerre, puis pour les jeux d’arènes. À côté de cela, ils servent aussi comme bête de somme et de poste d’observation en hauteur pour la chasse.

Ils servent maintenant dans l’industrie du tourisme. Les éléphants d’Asie transportent les étrangers sur leur dos pendant toute la journée. La chaise en métal pèse 50 kilos, à cela s’ajoute le poids des passagers. Cela a pour conséquence de leur perdre leur dos en arc, devenant droit, voir aplati et cabossé.

L’espèce est actuellement en danger d’extinction, notamment à cause de la déforestation, la construction de route, ainsi que pour ivoire. L’enlèvement d’un éléphanteau à son groupe, cause aussi la mort des femelles qui tentent de le protéger.

Première vie : la douleur du travail

Durant l’année de sa naissance, en 1945, le jeune éléphant d’Asie Siam se fait enlever à sa mère et à son groupe. Il se fait domestiquer, ou plutôt briser par le phajaan. Siam est enfermé et attaché dans une cage où il ne peut faire aucun mouvement. Un homme vient le battre tous les jours, visant les endroits les plus sensibles. L’éléphanteau est aussi privé de nourriture et d’eau, mais aussi de sommeil pendant près de six jours. Pendant toute cette période, il entend des hommes réciter des prières, lui implorant de se soumettre pour que la souffrance s’arrête enfin.

Siam finit par abandonner, se ressentant dans son comportement. Il est maintenant seul mais aussi brisé mentalement, totalement soumis. L’éléphanteau montre de la peur à celui qui l’a battu tout du long. Un éléphant d’Asie sur deux ne survit pas à cette étape. Le petit Siam aurait aussi pu devenir fou, ou violent en tuant plus tard son cornac, son maître. Il commence ensuite sa formation pour apprendre les différents ordres pour son travail d’esclave.

Après la phajaan, l’éléphant Siam, machine agricole

Il arrive dans la ville de Solepur, en Inde, en 1945, où se tient une grande foire animalière. C’est durant le jour de la pleine lune au mois de novembre, soit le 21 et 22, que les marchants le propose à la vente. Des milliers de personnes passent devant lui, le jugeant. Au côté des éléphants d’Asie, d’autres animaux se trouvent dans le même état. Arraché à leur terre, séparé de leurs familles. Ce sont des chameaux et des buffles qui se trouvent attachés, des singes enfermés.

L’éléphant Siam est finalement acheté pour finir en machine agricole, transportant du bois chaque jour. Il peut alors passer des journées entières sans boire ni manger lorsqu’il travaille. Occasionnellement, il est aussi utilisé lors des cérémonies religieuses. Pour ce moment, de nombreux ornements l’embellissent extérieur. Tout au long de cette première vie, son cornac lui rappelle sa position, le frappant sur les points sensibles. Attaché lorsqu’il n’a pas besoin de lui, comme un simple outil qu’on range.

Seconde vie : l’extravagance du cirque

éléphant d'asie - siam - cirque

Éléphant d’Asie en numéro d’équilibre.

En 1956, Siam est vendu au cirque suisse Knie qui a besoin d’un éléphant mâle d’Asie. C’est au départ du port de Calcutta qu’il quitte l’Inde et son climat chaud pour arriver à Gènes en Italie. Il prend ensuite le train, dans un wagon de la CFF (les Chemins de Fer Fédéraux de Suisse) que l’éléphant arrive à Rapperswil en Suisse, le 4 juin 1956. Siam apparaît alors amaigri, faible, affamé et perdu. Sur sa peau, sur chacun de ses flancs, se trouve les ordres auquel il obéit. Siam porte alors sur sa chair, les ordres de sa soumission, comme une simple notice d’utilisation.

Siam apprend une nouvelle langue, le sabir des dresseurs d’éléphants, un mélange d’hindi, d’anglais, de français et d’allemand. Il commence aussi son entraînement pour faire des spectacles de cirque. Cela ne change pas beaucoup de sa vie d’avant, l’éléphant d’Asie est attaché, fouetté pour apprendre des numéros. Sa peur de la punition par l’ankus, un crochet en acier sur un bâton, le force à obéir, à se soumettre.

L’éléphant Siam, acrobate

Durant toutes ses représentations, Siam se montre obéissant par la simple présence de cet objet, que les spectateurs ne perçoivent que comme un simple bâton. Mais l’éléphant d’Asie reconnaît l’objet de sa soumission, même si le crochet se trouve dans la main de son dresseur. Il réalise les numéros de spectacle qu’il a appris par la force. Il doit par exemple soulever un poney, ou encore laisser une ballerine danser sur ses défenses.

Siam voyage à travers toute l’Europe. Durant les trajets, il reste dans l’obscurité, ressentant les vibrations des camions. Une fois arrivée sur place, les éléphants d’Asie sont attachés les uns derrières les autres. Siam ne peut pas alors crée de liens sociaux avec les autres éléphants présents.

siam - éléphant d'asie - zoo

Siam au zoo de Vincennes. Image de www.zoochat.com

C’est durant cette vie que l’éléphant d’Asie Siam connaît ses premiers musth, il est maintenant un adulte mesurant 3,25 mètre au garrot. Le jeune mâle est vite ingérable pour les soigneurs, les envoyant valser avec sa trompe.

L’adolescence de l’éléphant Siam

En effet, Siam les voit comme des rivaux pour les femelles du cirque. S’il était resté avec les cornacs, il se serait fait attacher, son état n’aurait alors duré que quelques jours. Durant l’année 1961, Siam s’accouple avec une femelle se prénommant Ceylon. C’est en 1963 que naît son premier fils, Sahib Fridolin. Avec le temps, Siam a quatorze éléphanteaux avec des femelles différentes, tout au long de sa vie.

Le 17 octobre 1963, Siam se trouve à Lausanne, pour reprendre temporairement son ancien « travail ». Il arrache les arbres pour permettre une exposition universelle. C’est le samedi 26 octobre 1963 que la vie de Siam bascule une nouvelle fois. Lors d’une préparation pour une promenade matinale, l’éléphant d’Asie devient fou de rage. Il attrape son gardien avec sa trompe et le balance contre une roulotte. Siam l’embroche ensuite avec une de ses défenses. Lorsqu’il entend l’ordre  Siam ! Lift ! Il se fige sur place en levant sa patte.

Est-ce que cela ne serait pas un signe d’un trouble mental ? Une conséquence de son dressage pendant son jeune âge, des maltraitances qu’il a subies le reste de sa vie ?

Troisième vie : l’ennui du zoo

siam - éléphant d'asie - naturalisé

Siam naturalisé au Muséum National d’Histoire Naturel.

En 1964, le cirque vend  l’éléphant d’Asie Siam au zoo de Vincennes. Mais avant cela, il fait un détour par la case cinéma, il apparaît dans le film Yoyo. L’éléphant d’Asie arrive à Paris durant l’été, dans une ville déserte, entouré d’un cortège. Siam réalise quelques scènes. Il porte notamment un enfant avec sa trompe sur ses défenses, avant de marcher avec lui sur son dos.

Sa vie dans le zoo est routinière, Siam mange, bois, tourne au rond dans son enclos en béton et dors. Durant la journée, il est sur le plateau, où l’éléphant d’Asie peut sentir les pas incessants des visiteurs avec ses pattes. Ce boucan continue qui grouille dans tout le parc et au-delà.

Siam, l’éléphant d’Asie et le confinement du zoo

Avec le temps et le manque d’espace, la base de ses pattes se fissurent et se couvrent d’abcès. L’éléphant d’Asie Siam subit une opération en mai 1997 qui le soulage quelque temps. Siam s’éteint le 23 septembre 1997 par euthanasie, il mesure alors 3,25 mètres pour 7 tonnes.

Mais pas de repos pour Siam, sa peau est retirée de sa carcasse. Pour ce faire tanner, dégrossir, et amincir pour être finalement congelé pendant trois ans. C’est en 2001 qu’il est présenté au muséum, avec sa peau de 600 kilos et ses défenses de 80 kilos.

Découvrez la vie d’un éléphant mâle d’Asie, et ce que représente cet état, le smuth pour son espèce.

Média

Siam, l’éléphant d’Asie apparaît dans le film de Pierre Etaix, Yoyo, sorti le 19 février 1965. Comme plusieurs animaux du Muséum National d’Histoire Naturelle, sa vie est contée dans un livre à destination des enfants. L’histoire vraie de Siam l’éléphant aux éditions Nathan, paru en août 2015.

L’orque Keiko a lui aussi tenu un rôle au cinéma dans un film mondialement connu. Komir est un hippopotame qui n’a connu que la vie en zoo, découvrez le jour où son monde bascula. N’oubliez pas de laisser un commentaire. Que ce soit pour faire connaître votre avis où améliorer les biographies et les articles sur Histoire de Compagnie. En vous remerciant de votre lecture et d’avoir découvert cette histoire.

Sources

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
consequat. sem, adipiscing et, velit, dictum
%d blogueurs aiment cette page :