Jumbo, l’éléphanteau naît pour souffrir

L’éléphanteau Jumbo, surnommé Dumbo. Image de Moving Animals

Carte d’identité

  • Nom : Jumbo (bonjour en swahili)
  • Autre nom : Dumbo (contraction de Jumbo et dumb en anglais signifiant idiot), Ping Pong, Dodo
  • Né le 8 décembre 2015 à Hua Hin, Thaïlande
  • Décédé le 20 avril 2019 en Thaïlande
  • Age : 3 ans
  • Espèce : éléphant d’Asie (Elephas maximus)
  • Sexe : M

L’histoire vraie de l’éléphanteau Jumbo

La vie tragique de l’éléphanteau Jumbo, surnommé dans le monde Dumbo. Découvrez sa courte existence faite de souffrance que le monde entier à découvert en avril 2019.

Contexte

Les éléphants d’Asie sont domestiqués depuis longtemps par les populations locales. Les tâches qui leur sont données peuvent aller du transport de charge lourde, à celui de tourisme. Les journées sont pénibles, pas de repos et lorsque c’est le cas, l’éléphant est attaché comme un objet.

En Thaïlande, les stations balnéaires possèdent des zoos où des éléphants d’Asie réalisent des tours. Ils doivent alors pédaler un vélo ou bien se mettre debout sur leurs pattes avants. Tout cela dans le seul but de satisfaire le touriste ou la population locale.

Naît pour être vendu

L’éléphanteau Jumbo en spectacle avec des éléphants adultes et son cornac. Image de Moving Animals.

Jumbo naît le 8 décembre 2015 à Hua Hin en Thaïlande, le numéro 122767173A qu’il reçoit comme identifiant. C’est là les informations connues sur l’éléphanteau Jumbo surnommé Dumbo. Ainsi, il n’a jamais connu la nature, la vie sauvage. L’éléphanteau a certainement vu le jour dans une attraction pour touristes ou une soit-disant réserve naturelle près de Hua Hin. Jumbo doit certainement passer ses journées dans un box seul, tandis que sa mère doit réaliser le rêve d’étrangers.

L’éléphanteau doit être dressé, mais disons le clairement, la soumission doit le briser mentalement, le phajaan. Seul dans une cage, des hommes l’empêchent de dormir, le prive de nourriture et cela pendant plusieurs jours. Jusqu’à ce qu’il montre qu’il est soumis, qu’il est brisé, que Jumbo n’est plus qu’un animal-machine.

Malheureusement, les informations sur sa vie avant le zoo ne sont pas trouvable dans les articles. Tout cela n’est que supposition avec les informations connues du Jumbo.

La date d’arrivée de Jumbo dans le zoo de Phuket n’est pas connue. C’est un voyage de neuf heures en voiture et 650 kilomètres qu’il doit faire. Mais dans tout les cas, l’éléphanteau  aurait dû rester avec sa mère. Le sevrage, dans la nature, ne se fait qu’à trois ans pour un éléphant d’Asie. L’âge de son décès, aurait du être le début de son émancipation de sa mère.

La vie connue de l’éléphanteau Jumbo

L’éléphanteau Jumbo qui met sa trombe dans sa bouche pour chercher du réconfort. Image de Moving Animals.

L’éléphanteau Jumbo travaille alors tous les jours, trois représentations du matin au soir pour émerveiller les touristes. Il doit alors danser, jouer des instruments et  faire des tours. Son cornac est avec lui, c’est son maitre et il doit lui obéir. La peur est toujours présente, celle qu’il a connu par le passé.

À cela s’ajoute que Jumbo est le seul éléphanteau du groupe des éléphants d’Asie, il n’a personne avec qui jouer. Il n’a personne qui s’occupe de lui alors qu’il n’est encore qu’un bébé. Les autres éléphants, des adultes, sont comme lui, brisés et obéissant.

Les gens peuvent alors l’approcher, tout comme les autres éléphants enchainés. Ils le touchent, le tripotent, prennent des photos, mais combien voit à quelle point il n’est pas bien.

Le temps passe, il s’amaigrit, ses côtes et sa colonne vertébrale sont visibles, sa peau repose directement sur ses os. Pour se réconforter, Jumbo porte sa trompe à sa bouche, l’enroule encore et encore. Il croise les pattes, attend que son cornac est besoin de lui, en simple objet qu’il est.

Un mal-être physique et mental

L’éléphanteau Jumbo de dos, son corps squelettique. Image de Moving Animals.

Chaque jour, la routine est la même, danser, attendre, encore et encore. Mais l’éléphanteau Jumbo ne fait que s’amaigrir, un peu plus tous les jours. Il souffre d’une diarrhée qui ne le quitte pas, la cause,  une infection du tube digestif. Jumbo aurait été très friand d’aliments sucrés et de bananes, tandis qu’il refusait de manger des aliments riches en fibre.

Ainsi le zoo se décharge de sa responsabilité, l’avoir privé de sa mère, le faire travailler toute la journée. Tout cela ne pouvait pas être la raison de son mal-être, de son corps fragile !!!

Après le passage de membre de l’organisation Moving Animals et la mise en place d’une pétition pour le libérer de cet enfers. Les choses commencent à bouger pour Jumbo à partir du 2 avril 2019. Des vétérinaires de l’état thaïlandais passent pour le voir et peuvent alors constater son état physique. L’éléphanteau est alors mis à part dans un enclos pour récupérer, aux alentours du 9 avril 2019.

Trois jours de souffrance pour l’éléphanteau

L’éléphanteau Jumbo dans son enclos après que l’organisation Moving Animals est montré son état de santé. Image de The Phuketnews.

Mais ce qui devait lui sauver la vie, sera la cause de sa mort. L’éléphanteau Jumbo se retrouve bloquer, les deux pattes avants dans un flaque de boue, le 13 avril 2019.  Il tente alors de s’en libérer, Jumbo force alors sur sa patte arrière droite, qui se brise. Il essaye alors avec sa patte arrière gauche, mais elle est aussi trop fragile pour supporter l’effort.

Tout cela sous les yeux de son cornac qui ne se rend même pas compte qu’il a maintenant les deux jambes brisées.

Jumbo souffre alors pendant trois jours, il a été sorti de la boue et le vétérinaire s’occupe de lui. Mais les gonflements de ses jambes arrières ne diminuent pas. L’éléphanteau Jumbo arrive alors à l’hôpital des éléphants le 17 avril 2019. Les fractures ne sont découvertes qu’à ce moment-là après les radios, alors qu’il ne pouvait pas rester debout seul.

Le 19 avril, Jumbo refuse de se nourrir et décède le 20 avril 2019 à trois heures du matin, le libérant enfin de cette vie de souffrance. L’éléphanteau Jumbo surnommé Dumbo n’aura connu qu’une vie de souffrance et de solitude. Tout cela pour satisfaire le dépaysement de certain et l’avidité d’autres.

Découvrez la vie d’un éléphant d’Asie si seulement Jumbo avait eut la chance de naitre libre. Bien d’autres animaux se sont vu priver de leurs libertés pour satisfaire une poignée. Ainsi, c’est le cas des orques Tilikum et Keiko, ainsi que de la chienne Laika. N’oubliez pas de laisser un commentaire. Que ce soit pour faire connaître votre avis où améliorer les biographies et les articles de ce blog. En vous remerciant de cette lecture et d’avoir découvert cette histoire.

Media

Jumbo s’est retrouvé dans de nombreux articles autours du monde. Permettant ainsi de faire connaitre son histoire mais aussi de tous les éléphants qui sont exploité dans les zoos de Thaïlande.

Sources

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
Lorem Praesent Donec ut commodo mattis consequat. Aenean ut
%d blogueurs aiment cette page :