L’éléphant d’Asie Chunee, une vie dans une cage

Chunee - Chuny - éléphhant d'Asie - corps sans vie exposé

Le corps sans vie de l’éléphant d’Asie Chunee. Image issue de london-overlooked.com

Sa vie dans une ménagerie de Londres…

L’éléphant d’Asie Chunee est de ceux dont l’histoire n’est gravée que par un seul moment, son dernier instant sur Terre !

Il naît au début du 19e siècle quelque part en Asie. Comme tout ses semblabes domestiqués, il subit le phajaan dans sa jeunesse. Après plusieurs jours maintenus éveillé et privé de nourriture, son esprit se brise pour devenir un être soumis, une simple machine répondant à des ordres.

Chunee grandit, apprend de nombreux ordres, travaille toute la journée avant d’être rangé dans un coin, attaché à un arbre. En juillet 1810, l’éléphant d’Asie est acheté à Calcutta. Il passe ensuite plusieurs mois sur un bateau de la Compagnie des Indes. Un géant de plusieurs tonnes, coincé dans une cage naviguant sur l’océan.

Une fois arrivée à Londres en 1811, Chunee est acheté par un directeur de théâtre. Ce dernier lui donne un rôle important dans une arlequinade, une pièce comique où Arlequin joue le rôle principal. Mais au fil des apparitions, son comportement est erratique, le public se moque de lui et les mauvaises critiques s’enchaînent. Après 38 représentations, Chunee n’apparaît plus sur scène.

Chunee et son quotidien à Exeter Change

L’éléphant se retrouve alors au premier étage d’un vieux bâtiment londonien en février 1812, la ménagerie Exeter Change. Là-bas de nombreux animaux exotiques sont présents, venant de tous les continents. Mais tous partagent un même sort, vivre dans des cages bien trop petites pour pouvoir exprimer leurs natures, où simplement se dégourdir les pattes.

Dans ce lieu, à plus de deux mètres au-dessus du sol, ses pattes très sensibles lui font ressentir tout ce qui se passe à proximité. Que ce soit dans le bâtiment où se trouvent plusieurs boutiques et lieux de restauration, ou dans la rue. Pour divertir les personnes qui viennent le voir, Chunee apprend divers tours. C’est lui qui sonne l’heure du repas tous les soirs à 19 heures. Même le dimanche, quand la ménagerie est fermée, alors qu’il n’y a personne pour les nourrir. Il utilise une malle pour demander six pences aux visiteurs avant de leur rendre. Mais un jour, un aristocrate lui donne une épingle à la place d’une pièce. Le jugement est immédiat, l’éléphant Chunee lui déchire son coûteux costume.

Au cours des premières années à la ménagerie, un noble féru de science ramène un piano. Le but est alors de faire écouter à l’éléphant de la musique pour voir ses réactions. Résultat, Chunee n’y prête aucune intention.

De clou de la visite à monstre ingérable

Chaque dimanche, l’éléphant d’Asie Chunee a le droit à une promenade dans la rue Strand. Malgré qu’il devienne plus imposant, il reste docile et obéissant aux ordres de ses soigneurs. Ce moment de liberté, contraste avec sa cage, devenue bien trop petite pour lui. Avec ses trois mètres et ses cinq tonnes, Chunee peut la détruire lors de l’un de ses réveils agités.

Ainsi, son propriétaire doit investir, il agrandit la cage et renforce les barreaux. C’est durant ce moment que l’un de ses soigneurs décède. Pour compenser, Chunee s’attache à un charpentier venu renforcer sa prison. Il obéit aux ordres de cet homme qui devient l’un de ses soigneurs. Mais comme son prédécesseur, il utilise une pointe pour le calmer lors de ses moments de désobéissance. Rappelant à Chunee son passé, sa torture pour le soumettre.

Les premiers musths de l’éléphant Chunee apparaissent, le rendant incontrôlable et dangereux. Pour tenter de maîtriser cet état naturel chez un mâle, son propriétaire tente divers remèdes. Il lui donne alors des mélanges de sel, de mélasse, de la calomel qui est un fongicide, ou encore du tartre émétique, un expectorant. Mais aussi deux purgatifs, du gamboge et de l’huile de croton, qui n’ont eu aucun effet. À tel point que Chunee finit par tuer l’un de ses soigneurs.

… jusqu’au jour où Chunee est devenu incontrôlable…

Chunee - Chuny - éléphhant d'Asie - face aux fusils

Chunee, attaquant sa cage, affrontant les tires et les piques. Image issue de london-overlooked.com

Sa taille imposante, ses débordements de colère, tout cela fait que son propriétaire tente de s’en séparer. Il trouve un Américain qui accepte de lui prendre. Reste à trouver un capitaine qui veuille bien naviguer avec cinq tonnes qui peuvent devenir ingérable dans un espace clos. Ainsi, aucun navire ne souhaite le transporter. Chunee reste donc à Londres, dans les mêmes conditions de vie.

Les tentatives infructueuses

Lors d’une de ses promenades habituelles du dimanche, le 26 février 1926 ,Chunee s’emballe et tue l’un de ses soigneurs. Le 1er mars 1926, alors que ses hormones sont au plus haut, l’éléphant d’Asie charge les barreaux faisant maintenant l’épaisseur d’un bras d’homme. À ce moment-là l’une de ses ivoires se brise, une violente douleur se propage, renforçant encore davantage l’état de colère du géant. Mais personne ne s’en rend compte, l’inflammation est invisible aux yeux de tous. Cette douleur vient renforcer son état, la porte menaçant de céder sous ses assauts continuent. Un énorme poutre vient bloquer la sortie, tandis que ses soigneurs tentent de le raisonner, sans succès.

Pour le calmer, le propriétaire tente de lui donner à manger, un mélange d’avoine et de sucre. Mais l’éléphant d’Asie n’y touche pas, faisant échouer la tentative de le tuer avec du poison. De l’arsenic. Il tente ensuite avec des oranges, Chunee les écrase, enrageant encore plus. Le propriétaire réessaye ensuite, en mélangeant son poison avec de la confiture de pétale de rose. Là encore, le géant refuse ce présent de mort.

Le début d’un long combat entre Chunee et le jugement des Hommes

Le propriétaire appelle alors son beau-frère qui se trouve être un excellent tireur. Après s’être retrouvé dans un musée pour déterminer où tirer, ils se séparent. Ainsi, c’est le beau-frère qui se présente devant l’éléphant Chunee, toujours plein de rage. Les soigneurs tentent de le combattre avec des piques et des lances pour l’empêcher de sortir. Cela ne fait qu’augmenter sa colère. Par peur que Chunee ne passe à travers le sol, écrasant toutes les personnes qui se trouvent en dessous, ils décident de mettre fin à sa vie.

Trois hommes armés se présentent alors devant Chunee, se tenant à environ quatre mètres. Pour le distraire, l’un de ses soigneurs lui donne des consignes, les mêmes que pendant une représentation. L’éléphant se stoppe et l’instant d’après, une violente douleur le transperce au niveau de son omoplate. Les trois hommes viennent de lui tirer dessus, tentant d’atteindre son cœur. Chunee les charge violemment, la porte risquant de tomber à tout moment sous ses assauts.

Chunee - Chuny - éléphhant d'Asie - face à la mort

Chunee, à genou, face à la mort. Image issue de london-overlooked.com

C’est au tour des lances et des piques de le transpercer, pour le forcer à s’éloigner. Les fusils sont rechargés, pour à nouveau tirer sur Chunee qui ne tombe toujours pas. Un cycle se met en place, alternant entre les assauts de l’éléphant repoussé par les lances et les piques, avec les tires de fusils.

Les derniers moments de l’éléphant d’Asie Chunee

Le bâtiment entier tremble à chaque attaque de l’éléphant sur les barreaux, poussant des cris effrayants que même les passants dans la rue pouvaient entendre. Au bout d’une trentaine de balle dans le corps, Chunee finit par s’arrêter, ses hanches ne semblant plus pouvoir le soutenir. Les hommes annoncent leur victoire sur le pachyderme, se donnant du courage pour le tuer. Mais l’éléphant trouve la force de se relèver et reprend ses assauts sur la porte de sa prison.

Le combat reprend, davantage de balles s’enfoncent dans son corps. Malgré son état colérique, l’éléphant Chunee obéit aux ordres qui lui sont donnés. Il se stoppe alors pour se mettre à genou. Les tires continuent, le géant s’écroule une nouvelle fois. Il a alors une centaine de balles dans le corps. Mais Chunee se relève une nouvelle fois, épuisé, mais restant malgré tout debout.

Après une heure et demie de combat, Chunee finit par succomber à la dernière balle qu’il reçoit au niveau de l’œsophage, après sa plus féroce charge sur la porte. Malgré cela, les hommes continuent de lui tirer dessus, son corps sans vie continuant d’être perforé. De même que les lances et les piques qui transpercent sa peau épaisse.

… et que son corps meurtri soit dispersé

Le corps sans vie de Chunee est présenté au public et aux journalistes, des lampes éclairant la scène macabre, le sang recouvrant le sol. Le spectacle dure pendant trois jours, la carcasse pourrissant sous les yeux des passants. Pour résoudre le problème, déplacer cinq tonnes sans vie du premier étage d’un vieil immeuble, des anatomistes viennent le disséquer. Les neuf bouchers s’affairent alors à l’ouvrir, mesure les organes du géant, à mesure qu’ils les enlèvent de son corps. Tandis que les soigneurs épongent le sang et jette des seaux de désinfectant pour enlever l’odeur de la mort. Ils lui enlèvent la peau, puis s’attaquent à ses os avec une scie.

Chunee - Chuny - éléphhant d'Asie - mesure et dissection

Le corps sans vie de Chunee mesuré et disséqué. Image issue de london-overlooked.com

Les différents morceaux du corps imposant de Chunee partent dans diverses directions de la ville de Londres. La peau arrive chez un tanneur, qui la découpe en plusieurs morceaux. Ils deviennent alors des pièces de luxe en maroquinerie, ainsi que des curiosités pour des collectionneurs. L’une des pièces, devenu la couverture d’un journal de poche, se trouve dans un petit musée à Saffron Walden. Quant à sa chair, elle finit comme nourriture pour animaux, ou bien pour nécessiteux. Ses intestins, pour leurs parts, finissent quant à eux dans la Tamise, jeté du pont Waterloo, avec pour seul témoin des pauvres et des prostitués.

La disparition totale de l’éléphant Chunee

Un moule de son crâne se retrouve exposé dans un atelier de Strand, au côté de ceux de fous et de criminels exécutés. Son squelette est réarticulé, exposé dans des salles de réunions régionales. Mais cela ne rapporte pas suffisamment d’argent. Finalement, son squelette revient dans son ancienne cage dans la ménagerie Exeter Change. Il y reste jusqu’à la fermeture définitive du lieu. Le squelette de Chunee est envoyé au Hunterian Museum, un musée de spécimens anatomiques à Londres, situé dans le bâtiment du Royal College of Surgeons of England. Il est détruit en 1941, lors du Blitz, sous le bombardement des bombes allemandes.

Tout comme l’éléphant Jumbo, dont le nom devient un synonyme de gigantisme, celui de Chunee rappelle la folie dangereuse. Vous venez de découvrir l’histoire de Chunee sur Histoire de compagnie, qu’en avez-vous pensé ? Découvrez bien d’autres biographies animales tel que le chien Stubby, ou bien l’hippopotame Huberta dont les histoires continuent après leurs morts. Vous pouvez aussi découvrir la vie d’un éléphant d’Asie à notre époque.

Média

Peu de temps après sa mort, de nombreux poèmes, lettres satiriques et sketch lui font référence. En 2017, The Elephant of Exeter Change: A Tale of Cruelty and Confinement in Georgian London raconte son histoire.

Sources

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
commodo consectetur non leo facilisis commodo diam Praesent tempus
%d blogueurs aiment cette page :