La dauphine Honey, la solitude comme seule amie

dauphine - Honey

La dauphine Honey, la solitude comme seule amie.

Le grand dauphin Honey, la victime d’une double folie humaine !

Victime de la pêche de la baie de Taiji

La dauphine Honey naît durant l’année 1999. Une fois sortie du ventre de sa mère, la jeune Honey remonte immédiatement à la surface pour prendre son premier souffle. Elle nage naturellement, se rapprochant de sa mère. Honey y reste collée, ne s’en séparant que pour reprendre sa respiration à intervalle très court.

D’une vie de liberté à la prison

Le temps passe, jusqu’à ce jour fatidique durant l’année de ses quatre ans, en 2003. La dauphine Honey se trouve non loin de la baie de Taiji, au Japon. Plusieurs bateaux de pêche les encerclent. Des sons viennent perturber son radar, elle n’arrive plus à s’orienter. Ils ne sont pas dus aux moteurs et aux hélices, mais proviennent de tube sur lesquels les pêcheurs frappent dans le seul but de les désorienter.

Contre leur volonté, Honey et toute sa famille se retrouve coincés dans la baie de Taiji. Plusieurs d’entre eux, ne nageant pas assez vite, se retrouvent dans les filets, mourant asphyxiés. D’autres, ne pouvant plus s’orienter, se frappent violemment contre les rochers. Pour les derniers survivants, un sort peu enviable les attend. Ceux qui ne sont que de la viande à leurs yeux, les pêcheurs introduisent dans leur évent, leur narine, une longue tige métallique pour les tuer. Pour les autres, comme Honey et d’autres femelles, c’est la prison à vie.

La dauphine Honey se retrouve, avec les autres femelles survivantes du massacre, dans un bassin au sol. Son sonar lui indique alors les limites de son monde, étroit et limité. Rapidement, des personnes viennent les voir, ils leur donnent à manger pour qu’elles survivent, maintenant, ce sont des marchandises. L’entraînement qu’elle subit n’est qu’un moyen d’augmenter les profits.

La dauphine Honey, attraction dans un parc aquatique

La dauphine Honey arrive ensuite à l’Inubosaki Marine Park, dans la préfecture de Chiba, à environ deux heures de route de Tokyo. Pendant quinze ans, la routine est toujours, la même. Les mêmes tours pour amuser les touristes plusieurs fois par jour, manger et dormir la nuit. Elle partage son bassin bien trop petit, avec d’autres dauphines, dont la dernière est Bee.

La fermeture du parc aquatique

dauphine - Honey - Bee

Honey avec sa dernière compagnie, la dauphine Bee décédée en 2017. Image provenant du dauphinlibre.com

Le 3 janvier 2018, le parc aquatique ferme. Depuis le tsunami de 2011, la fréquentation était moins importante. Mais Honey reste sur place, seule dans son bassin, Bee est décédée en 2017. Non loin, se trouve une cinquantaine de manchots dans un enclos à part. De même, de nombreux poissons sont encore dans les aquariums.

Honey s’enfonce progressivement dans la dépression. Il n’y a rien pour la stimuler, elle n’a plus aucun contact social. Les seules personnes qu’elle voit, ce sont les soigneurs qui viennent la nourrir. L’origine de la nourriture n’est pas claire, soit cela provient des stocks congelés du parc, soit du poisson frais du port. C’est durant ces moments qu’elle fait quelques exercices.

Le reste du temps, Honey ne bouge pas, faisant du sur place, laissant son dos au soleil toute la journée. Honey n’a aucun endroit où elle peut se protéger. Avec le temps, la peau de son dos s’assèche, des fissures sèches font leur apparition. En février 2018, le service de santé lui applique de la vaseline pour la soigner.

Les conséquences de la solitude sur la dauphine Honey

Mais un autre danger plane sur la dauphine Honey, la propreté de l’eau de son bassin. La couleur vire au vert, signe de la présence d’une algue en plus du fait que l’eau n’est plus nettoyée. Honey reste alors dans cette eau croupie par cette algue et ses propres déjections. À cela s’ajoute l’état de son bassin. La peinture bleue des parois est corrodée, le grillage est rouillé tandis que la rouille elle-même contamine l’eau du bassin de Honey. En août 2018, l’eau est enfin nettoyée, même si la situation redevient rapidement la même.

La dauphine Honey présente aussi de plus en plus de comportements stéréotypés. Elle fait des mouvements de va-et-vient à la surface de l’eau. Elle reste en permanence en surface, ne semblant réagir à rien de ce qu’il se passe à l’extérieur. Ainsi, en septembre 2018, elle reçoit la visite d’un drone, mais Honey n’y porte aucune intention. Elle semble même avoir du mal à se maintenir droite, risquant de se noyer à tout moment. Honey présente alors des signes d’une possible pneumonie, nécessitant un traitement d’urgence.

Finalement, la dauphine Honey décède le 29 mars 2020 à l’âge de 21 ans. Son corps inerte n’est découvert que le lendemain, morte dans la solitude la plus extrême, à l’image des derniers mois qu’elle a vécue. La pêche l’a privé de sa liberté, le parc aquatique l’a condamné à la solitude. Elle qui était devenue trop vieille pour être déplacé dans un autre parc, alors que des jeunes sont capturés tous les ans.

Vous venez de découvrir la vie de solitude de la dauphine Honey, n’hésitez pas laisser votre ressenti dans les commentaires. Découvrez bien d’autres biographies animales sur Histoire de Compagnie. Des récits tristes comme celui de l’éléphant Jumbo, bien loin du compte de Disney qu’il a inspiré. Ou de belles histoires comme celle du kangourou Roger, sauvé d’un accident de la route, et du lion Christian, né en captivité pour se retrouver au milieu de la savane africaine grâce à la dévotion de deux hommes.

Sources

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
Praesent adipiscing facilisis id, elementum dolor. non diam velit, Donec
%d blogueurs aiment cette page :