Owney, le chien qui aimait le postier

Owney, le chien qui aimait le postier. Image de smithsonianmag.com.

Carte d’identité

  • Nom : Owney
  • Né le 1887 près d’Albany, dans l’état de New York, USA
  • Décédé le 11 juin 1897 à Toledo dans l’Ohio, USA
  • Age : 10
  • Espèce : Chien (Canis lupus vulgaris)
  • Sexe : M

L’histoire vraie du chien Owney

Découvrez la vie d’Owney, un chien qui a parcouru des milliers de kilomètres à travers les USA mais aussi à travers le monde. Une vie sur les rails qui finit malheureusement mal.

Mascotte non officielle des services postaux ferroviaires

Owney avec un postier. Image de smithsonianmag.com.

Owney durant l’année 1887 de deux terriers de race différente, l’un est irlandais et l’autre est écossais, quelque par près d’Albany. Il a le poil ébouriffé de couleur gris, jaune et noir.  La personne qui le recueille travaille alors dans les services de la poste d’Albini. Mais quelque mois plus tard, il laissera le chien Owney dans les bureaux de la poste où il travaillait. Le chien prend l’habitude de dormir sur les sacs postaux et semble aimer tout autant leur odeur. Sans maitre, il est recueilli par les postiers, suivant les sacs postaux. Un jour, le superviseur tombe alors sur le chiot, les postiers annoncent alors que c’est le chien d’Owen, il est alors baptisé Owney.

Le chien Owney prend alors l’habitude de suivre les sacs postaux, faisant le voyage en voiture. Mais au début, il doit les abandonner à l’immense boîte de métal. Le centre postal envoie ses sacs postaux dans toutes les directions par train. Mais il finit par en obtenir le droit, monter dans le train pour ne plus laisser les sacs postaux sans sa surveillance. Owney ne permet qu’aux postiers en uniforme de les toucher.

L’importance de la gare d’Albany fait que le chien postier va dans de nombreuses grandes villes des états-Unis. Il se rend alors dans la ville de New York, mais aussi à Buffalo, à Cleveland,  et enfin à Chicago. Ses voyages le font alors partir pendant des jours, voir des mois, au grand désespoir de ses collègues d’Albany. Par peur qu’il lui arrive quelque chose, lui mettent un collier avec le lieu où il devrait rentrer en cas de problème. Chose qui lui sera bien utile plus tard !

Owney, porte-bonheur et mascotte officielle

L’une des nombreuses médaille que les bureaux de poste attache à la veste d’Owney. Image de smithsonianmag.com.

Avec le temps, le collier du chien Owney se garnit d’avantage de médailles dans les différents gares postales où il va. Le chien sonne alors comme une clochette avec toutes les médailles qu’il accumule pendant ses nombreux trajets sur les rails. En 1893, Owney disparait et cela pendant plusieurs mois. Il a été pris dans un accident de train au Canada. Pendant des années, le chien postal n’avait jamais eu d’accident, au point que ses collègues le considère comme un porte-bonheur. Il finit alors dans un chenil, attendant que le gare postal d’Albany paye pour son retour dans sa ville. Owney avait perdu une oreille dans l’accident.

Cela ne l’empêcha pas de reprendre ses voyages en train. Durant la même année, le chien Owney apparaît dans un concours canin à San Francisco. Il n’est pas là pour gagner un prix, lui qui n’a pas de pédigrée, mais uniquement pour une visite. Mais il montre à tout le monde ce que peut faire un chien sans grande lignée.

En 1894, le ministre de la poste lui donne une veste qui lui permet de porter plus facilement ses médailles. Il devient aussi la mascotte officielle du service courrier ferroviaire. À chaque passage, Owney obtient une nouvelle médaille, mais le nombre devient trop important pour le petit chien. Ainsi, régulièrement, les postiers en enlèvent pour réduire le poids. Owney aurait une collection de 1.017 médailles, mais seulement 372 sont connues.

Un jour, le chien Owney tombe du train, accompagnant un sac postal. Il resta là plusieurs heures, sans abandonner sa surveillance, attendant que le train revienne. Enfin, il fait son apparition, le même qu’il avait quitté auparavant.

Le dernier voyage d’Owney

Des postiers qui posent avec le chien Owney devant un train. Image de smithsonianmag.com.

Le 19 aout 1895, le chien Owney entame un tour du monde, bien sur, toujours avec des sacs postaux. Il part alors de Tacoma, prenant bateau à vapeur et train pour un voyage de quatre mois. Owney se rend alors en Europe, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, et en Asie. De passage au Japon, le chien postier rencontre l’empereur du japon qui lui rajoute de nombreuses médailles avec le blason japonais.

Le temps le rattrape et Owney est mis à la retraite, recueillit par un postier de Saint Louis dans le Missouri. Il serait devenu aveugle d’un œil, et devait manger des aliments mous. Le directeur du Railway Mail Service de Chicago interdit à tous les postiers de permettre à Owney de prendre à nouveau le train, cela durant le mois d’avril 1897. Il le nomme avec des termes peu respectueux, le traitant même de “bâtard.” Mais le chien qui a parcouru 230.000 km dans sa vie monte une dernière fois dans un train durant l’été 1897.

Durant son dernier voyage en train, le chien Owney s’arrête dans la ville de Toledo dans l’Ohio, le 10 juin 1897. Mais contrairement à son habitude où il suit les sacs postaux, Owney se fait attacher à un poteau. Le chien aboie, le postier, accompagné d’un journaliste, tente de le faire taire mais Owney le mord. Il en fait de même avec un US marshall, décidant alors le responsable du bureau de poste à ordonner sa mise à mort immédiate. Mais le policier chargé de cela, refuse et le chien Owney attend jusqu’au lendemain. Il est finalement exécuté dans une rue dans les alentours de 16 H, le 11 juin 1897.

Malgré la mort, son voyage continu

Le corps naturalisé du chien postier Owney. Sueswim03 sur Wikipédia anglais [Domaine public Domaine]

Les postiers refusent d’enterrer le corps du chien Owney, souhaitant au contraire le voir rester parmi eux. Son corps est alors naturalisé puis envoyé au siège de la poste de Washington. En 1911, le corps figeait dans le temps d’Owney arrive au Smithsonian Institution. Le corps du chien Owney part pour une exposition du ministère des postes en 1926 à Philadelphie. De 1964 à 1992, il est exposé au Smithsonian Museum avant de partir pour le musée national de la poste en 1993. Mais le temps ne l’épargne toujours pas, son corps naturalisé se dégrade. En 2011, il a 124 ans et reçoit une restauration, toujours avec sa veste et ses médailles.

Découvrez la vie qu’il aurait pu avoir si les postiers d’Albany ne l’aurait pas recueilli, celle d’un d’un chien errant urbain. D’autres animaux se sont vus condamnés à mort, c’est le cas de l’éléphant d’Asie Topsy, et d’une certaine manière du lion Marjan. N’oubliez pas de laisser un commentaire. Que ce soit pour faire connaître votre avis où améliorer les biographies et les articles de ce blog. En vous remerciant de cette lecture et d’avoir découvert cette histoire.

Média

Le chien Owney est le sujet de nombreux livres parus entre 1966 et 2015, en plus des nombreux articles de journaux qui lui ont été consacré durant son vivant. En 2012, un e-book est créé à destination des enfants, Owney, tales of the rails (en anglais), par le National Postal Museum Smithsonian Institution. En 2011, un timbre est produit à son effigie avec ses médailles.

Source

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
Curabitur ipsum consequat. sit ut in Praesent libero sem, diam mattis pulvinar
%d blogueurs aiment cette page :