Chien errant dans les villes

chien - errant - ville

Chien errant dans la ville de Moscou. Andrey [CC BY 2.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/2.0)]

Carte d’identité :

  • Nom commun : Chien surnommé chien errant
  • Nom nominal : Canis lupus familiaris
  • Classe : Mammalia (allaitement des jeunes)
  • Ordre : Carnivora (présence de dent spécialisé pour déchirer la chair)
  • Famille : Canidae (possède des griffes non rétractiles, cinq doigts à l’avant et quatre à l’arrière)
  • Nombre de races : 355 reconnues
  • Espérance de vie : 6 à 14 ans suivant la race
  • Répartition : Mondial

La vie normale d’un chien errant dans une ville au XXe siècle.

Découvrez la vie d’un chien errant dans une grande ville, qui n’a jamais connu la vie en tant qu’animal domestique. Se comporte-t-il alors comme leurs ancêtres, les loups, dans la jungle urbaine ?

Chien errant dans les rues d’une grande capitale

chiens errants

Trois petits chiens errants.

Une journée comme une autre, un chiot naît de l’union de deux chiens errants dans un coin abandonné de la ville. Lui et sa fratrie sont des bâtards, issus de l’union de deux chiens de race totalement différentes. Comme tous les chiots, sa mère lui fournie le lait nécessaire pour se développer, tout comme à tous ceux de sa fratrie. Plus le temps passe, moins sa mère se laisse téter, changeant de position, comme pour montrer sa dominance sur sa descendance. Au bout de cinq semaines, le petit chiot commence à manger des aliments solides. Les places sont chères chez les chiens errants, c’est à sept mois que le destin du jeune chien se joue.

En effet, la population de chien errant est stable, et les places sont limitées, ainsi, il doit prendre la place d’un autre qui vient de décéder pour espérer rester dans la meute. Heureusement pour lui, un vieux mâle de mourir. Mais cela veut aussi dire que ses frères et sœurs n’ont pas ce privilège, ils doivent partir. Il est fort probable qu’il ne les recroise jamais dans les rues de la ville.

Le chiot bâtard apprend à trouver sa nourriture par lui-même, dans les détritus que les hommes laissent derrière eux. Il chasse aussi les chats et les rats qui se trouvent sur son territoire. Lorsqu’il croise un homme, il n’attend pas qui le prenne avec lui, il a toujours vécu ainsi, libre, comptant sur lui-même et ceux de sa meute pour survivre. Chaque jour, il revient ou il vit, sa meute s’est installé sur un site industriel abandonné depuis longtemps. Si un intrus pénètre sur leur territoire, tous les chiens de la meute le sauront, des sentinelles sont aux aguets.

Des chiens sans race

chien -errant - ville

Chiens errants dans la ville de Moscou, Andrew Currie de Toronto, Canada [CC BY-SA 2.0]

Nous nommerons Laïka, ce chiot qui grandit est une femelle. Elle survit dans un monde où ceux qui n’ont pas de maître ne sont pas appréciés par les Hommes. Beaucoup les considère comme des parasites, dont ils peuvent disposer de sa vie comme ils le souhaitent.

La chienne Laïka se trouve alors dans une meute organisée de cinq à six individus, un mâle dominant à son sommet. Ce n’est pas le plus vieux ou le plus fort, mais c’est le plus intelligent. L’Alpha sait comment trouver de la nourriture, comment se cacher pour survivre. La meute ne se constitue pas en fonction des liens de sang mais en fonction des liens d’affinités qu’ils entretiennent. Il n’y a alors pratiquement pas de conflit entre eux, chacun connaît sa place dans le groupe.

Il n’y a pratiquement aucun chien de race, ils ne savent pas vivre sans leurs maîtres. Ils sont souvent incapables de prendre une décision, et se font généralement renverser par une voiture. Dans le groupe, ce sont des bâtards qui perdent progressivement les caractéristiques que les hommes ont forgés avec le temps. Ils ne redeviennent pas des loups, mais avec le temps et les générations qui passent, leur robe devient gris-brun. Ils sont aussi en bien meilleure santé, les problèmes de peau dû aux plis ne sont plus qu’un souvenir. Les rhumatismes qui apparaissaient rapidement à cause d’un bassin trop bas.

L’Alpha, un roi sans couronne

Dans ce monde, l’Alpha peut aussi être une femelle, qui a pris la place d’un vieux mâle. Laïka est maline, sait trouver sa nourriture et surtout attendrir les habitants pour qu’ils lui en donnent. Elle se laisse caresser par les enfants, ne montrant aucun signe d’agressivité. Avec le temps, la jeune chienne a appris à reconnaître la personne qui lui donne à manger de manière certaine avec un seul coup d’œil. Elle pourrait un jour accéder à ce rang, elle possède les qualités pour cela.

Laïka, comme tout les autres chiens, marque son territoire, donnant nombre d’informations sur elle à tous qui viennent sentir. Elle ne le fait pas de manière anarchique comme les chiens domestiques, choisissant les intersections de grand axe. Tout comme elle fait attention où elle le fait, traverser un territoire d’une autre meute n’est pas mortel, mais attention à ne pas toucher à la nourriture. La chienne Laïka prend aussi le temps de sentir le marquage des autres chiens, il faut se mettre à jours sur les nouvelles qui arrive.

D’autre façon de vivre sa vie de chien errant

chien - errant

Chien errant [Public domain]

Un jeune chien du nom de Hachikō se sent suffisamment fort pour vivre seul, sans meute. Il se met dans une zone de passage important, son lieu favori est une entrée de gare. Les gens sont habitués à le voir, et lui donne volontiers à manger. Chaque jour, il y retourne, se couchant simplement, attendant et si nécessaire remue gentiment la queue avec un air attendrissant.

Albina et Mouchka ont un comportement légèrement différent. Tout comme Hachikō, elles ont choisi une vie de solitaire, mais elles possèdent une arme supplémentaire. Elles connaissent la psychologie humaine, elles savent qui harponner pour obtenir de la nourriture. Les deux chiennes avancent gentiment vers la cible, bougeant la queue dans tous les sens, le regard attendrissant et la tête tournée légèrement. Albina et Mouchka savent que c’est dans la poche, où plutôt dans la gueule, la vieille dame leur donne à manger. Elles se laissent caresser en retour, pendant qu’elles mangent leur nourriture soudoyée par leurs côtés mignons.

Ainsi, Hachikō, Albina et Mouchka sont des chiens mendiants qui ne représentent pas une menace pour ceux qui les croisent. La sélection a fait que ceux trop agressif et les autres, un peu idiot, ont été prélevé. Ils ne restaient alors que les plus intelligents, pour survivre et trouver leur nourriture.

Il existe une dernière vie que peut suivre un chien errant dans le milieu urbain, celui où il est considéré comme sauvage. Vador est de ce groupe, il évite soigneusement tout contact avec les hommes. Il a une expérience malheureuse avec l’un d’eux, et depuis, Vador ne peut leur faire confiance. Le chien noir reste invisible, se cachant dans la jungle urbaine, y trouvant sa nourriture. Il peut se montrer violent, en effet, si quelqu’un entre sur son territoire, il le défendra. Avant cela, il était un simple chien errant, et peut être un jour, pourra-t-il le revenir.

À la poursuite de demain

À chacune de ses chaleurs, les mâles se battent pour obtenir ses faveurs, et ce n’est pas forcément le dominant, l’Alpha, qui gagne. Il arrive même que ce soit un petit profiteur qui arrive à s’accoupler avec elle, pendant que les autres se battent pour montrer leurs forces. Laïka ne trouve pas forcément le mâle qui la féconde dans son groupe, tout comme les mâles peuvent aller voir ailleurs. Et ceux malgré le fait que Laïka les apprécie énormément.

Après une soixantaine de jours, Laïka trouve un endroit pour mettre bas, des chiots aux robes diverses. Le travail dure pendant près de 10 heures, mangeant le placenta nécessaire à la lactation. Elle prend soin d’eux, comme tous ses autres chiots avant, les nourrissant sans prendre peur des passants qui peuvent entrer sur le territoire. Il lui arrive de voir les autres chiens courir après une voiture, en aboyant pour le faire fuir et montrer leurs courages sur cet engin qui fait tant de bruit incompréhensible. La fierté de l’avoir fait fuir dans son esprit, elle le connaît bien, elle a fait tellement souvent.

Puis arrive le dernier moment, Laïka aurait pu avoir un destin tout autre, attrapé dans sa jeunesse et être mis en fourrière. Elle aurait pu être chassée pour le sport, ou sous prétexte que cela est nécessaire. Mais Laïka peut s’éteindre lentement, cédant sa place à un plus jeune âgé de 7 mois.

N’oubliez pas de laisser un commentaire. Que ce soit pour faire connaître votre avis où améliorer les biographies et les articles de ce blog. En vous remerciant de cette lecture et d’avoir découvert cette histoire.

Les chiens errants sur Histoire de Compagnie

  • Hachikō, n’est pas un chien errant à proprement parlé. Découvrez quelles sont les origines de son statut de chien errant ? Mais aussi ce que son destin a permis de changer pour une race entière.
  • Laïka, est une chienne célèbre pour avoir été dans l’espace. Comment un petit chien errant est devenu connu, et quelles sont les raisons qui ont fait qu’elle soit partie dans l’espace ?
  • Rintintin, berger allemand français et star américaine.Comment ce survivant de la première guerre mondiale a pu devenir une star américaine ?

Anecdotes

  • Ils permettent de réguler la population de rat.
  • Les populations sont stables.
  • Bloque la venue de renard dans les villes, diminuant les risques de rage.
  • 30.000 chiens errants se trouvent à Moscou.
  • Les Russes préfèrent les chiens de race, à ceux qui se trouvent dans les refuges.

Sources (mis à jour le 28/02/2019)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
ante. eget ut justo neque. porta. libero commodo tristique quis, facilisis in
%d blogueurs aiment cette page :