Le chien Bobbie, surnommé “the wonder dog”

Bobbie - chien

Le chien Bobbie, surnommé “the Wonder Dog.” Image provenant de americacomesalive.com

Les origines de son périple

C’est durant l’année 1921 que naît Bobbie, un croisé Colley, avec une particularité. Sa queue est bien plus courte et ce qui lui donne son nom pour la famille qui l’adopte. La famille Brazier, composé des deux parents et de leurs deux filles, habitent à Silverton dans l’Oregon. À deux mois, Bobbie reçoit un sabot de cheval à la tête, lui laissant une cicatrice à l’arcade d’un œil. Un peu plus tard, alors qu’il fait une sieste dans un champ, un tracteur lui écrase la patte. Mais heureusement, la terre est molle, il s’en tire avec une cicatrice supplémentaire. Le temps passe et une autre blessure vient le marquer. Alors qu’il creuse dans une colline, le chien Bobbie se casse deux dents.

La famille part en avance durant l’été 1923, pour rejoindre l’Est des USA, Wollcot en Indiana. Un très long voyage les attend. Le chien Bobbie se trouve à l’extérieur de la voiture, à la vue de tous. Les vitesses atteintes ne sont pas encore suffisamment rapides pour un chien motivé de les rattraper. À plusieurs reprises, ils s’arrêtent sur le côté. Pour faire le plein, ou simplement une pause, voir dormir dans un bungalow pour un voyage qui représentent actuellement 35 heures de route. Ils finissent par arriver sans encombre sur le lieu de vacance.

Le chien Bobbie, seul face à la nature américaine

Le chien Bobbie accompagne Franck pour une petite sortie dans après-midi du 15 août 1923. Le père de famille descend faire le plein et discute tranquillement. Pendant ce temps, Bobbie décide de lui aussi explorer les alentours. Mais trois chiens errants lui contestent ce droit. Ils se mettent à lui aboyer dessus et à lui courir derrière. Sans que cela n’inquiète davantage son maître, confiant de sa rapidité et de son intelligence. L’attente se fait longue, Bobbie ne revient pas, malgré les appels et les klaxons. Franck finit par partir, pensant le retrouver à la maison de vacance, mais point de Bobbie à l’horizon.

Frank retourne sur ses pas, revient au dernier endroit où ils étaient ensemble, mais toujours pas de Bobbie en vue. À la nuit tombée, il cesse ses recherches, pour les reprendre le lendemain. Se rendant dans les différents endroits où la famille à ses habitudes. Il se rend en ville, fait un tour de voiture, klaxonnant, mais rien ne répond à son espoir. Après semaines de recherche, la famille doit repartir, le restaurant dans l’Oregon doit rouvrir. Espérant que quelqu’un de bienveillant leur revoit leur chien par train, payant en retour.

Le voyage complet du chien Bobbie n’est pas connu dans son entièreté. Ainsi ce ne sont quelque moment qui ont été témoignés. Par exemple, que s’est-il passé avec les chiens qui le poursuivaient ? De même, son voyage ne se fait pas en ligne droite, n’empruntant pas le même trajet que la famille Brazier. Ainsi, il commence son voyage vers l’Est, avant de se retourner, pour passer près de la ville d’Indianapolis.

Ses rencontres qui lui permettent de continuer

Bobbie - chien - coffre - voiture

La chien Bobbie à l’arrière de la voiture familiale, sur le coffre. Image provenant de americacomesalive.com

De nuit, il nage alors dans la rivière Des Moines dans l’état de l’Iowa. Ville qui se trouve à 600 kilomètres de son point de départ. Mais au moment de sortir de l’eau, il se fait, vraisemblablement, percuté par un véhicule. Le chien Bobbie, encore conscient, se dirige vers une maison, trouvant un passage à travers le grillage. Il trouve un homme endormi sous le perron, s’allongeant simplement à côté de lui. Le lendemain matin, la famille le soigne et lui donne à manger. Pendant plusieurs semaines, il reste avec eux. Même si durant la journée, le chien Bobbie cherche toujours son chemin. Une fois sa blessure à la hanche suffisamment soignée, Bobbie reprend son voyage le lendemain de Thanksgiving, le 30 novembre 1923.

Il poursuit ensuite son voyage vers la ville de Denver dans le Colorado, apparemment en voiture, clandestinement ? Bobbie réussis ainsi à parcourir près de 1.700 kilomètres de Wollcot. Une montagne se dresse alors devant lui de façon littéral, les Rocheuses. À cela s’ajoute l’arriver de l’hiver. Quelle menace a-t-il dû éviter ? Quels prédateurs se sont mises sur sa piste, le voyant comme une proie facile ? Même les températures se rapprochant dangereusement du zéro associé à la neige peut l’emmener vers une mort certaine.

Le chien Bobbie arrive finalement à la ville de Portland en Oregon. C’est une distance de près de deux mille kilomètres qu’il vient de parcourir. Il est en très mauvais état, à tel point qu’il n’arrive plus à continuer, alors que son chez-lui est à soixante kilomètres. Une vieille dame le recueille, le soigne, le nourri. Ses pattes sont en sang, ses coussins déchiquetés jusqu’à l’os par le sable et la roche. Mais Bobbie repart, passant par la Vallée de la Willamette, où se trouvent des champs à perte de vue.

Un voyage de plus de 4.000 kilomètres pour le chien Bobbie

Après une séparation de six mois, le 15 février 1924, le chien Bobbie revient à Silverton. La première personne connue qu’il rencontre est la fille de la famille Brazier. Elle ne regarde pas dans sa direction. Mais la personne à côté d’elle le reconnaît, elle lui saisit le bras, lui disant alors « It’s Bobbie ? »

Les filles se mettent à crier leur joie. Bobbie les rejoints rapidement, montrant sa joie d’être enfin rentré chez lui, tremblant d’excitation. Devant elle, c’est un chien maigre, galeux, aux poils emmêlés et boitant. Il porte aussi un collier qui n’est pas le sien, mais les filles ne doutent pas que ce soit Bobbie. Elles le font rentrer dans le restaurant, passant devant des clients surpris. Le chien arrive devant la mère de famille à l’arrière du restaurant. Elle montre aussi son étonnement, « Bobbie ! »

Bobbie - chien - carte - périple

Le périple de Bobbie à travers les USA. Image provenant de americacomesalive.com

Ensuite, ils montent tous ensemble vers la pièce où se trouve le père de famille. À ce moment, il fait une sieste, le chien Bobbie vient alors s’allonger près de lui, commence à le lécher. L’homme se réveille et le reconnaît quasi-immédiatement. Puis ils continuent leurs siestes ensemble. À son réveil, sa priorité est de lui donner un bon repas à son chien Bobbie.

Pendant trois jours, il ne fait que manger et dormir. Pour se déplacer, il roule sur le dos, ne pouvant plus utiliser ses pattes pour marcher, tandis que ses yeux sont enflammés.  Bobbie a aussi pris gout à la viande crue, montrant qu’il a du se mettre à la chasse pour survivre.

Surnommé « The Wonder Dog »

La famille ne doute pas que ce soit Bobbie, malgré qu’il porte un autre collier. En effet,  les blessures qu’il s’est faite par le passé, les trois cicatrices de son passé confirme qui il est. Rapidement la rumeur d’un chien ayant parcouru 4.105 kilomètres, traversant plaines, rivières et déserts, avec une moyenne de 23 kilomètres par jour devient une célébrité nationale. Il apparaît dans de nombreux journaux. Et participe même, en 1924, à un film muet où il joue son propre rôle.

Avec cette célébrité, de nombreux courriers arrivent chez les Brazier. Mais elles sont clairement adressées au chien fidèle qu’est Bobbie. Certaines proviennent de propriétaires canins touchés par l’histoire. Voir des lettres d’admirations et des poésies, parfois accompagné de cadeaux. Surtout, il y a des témoignages de ceux qui l’ont vu ou qui ont partagé plusieurs jours avec lui.

Bobbie reçoit les clés de nombreuses villes. Ainsi que de nombreux colliers serti de bijoux, et des médailles. Il fait une apparition au Portland Home Show, où le chien courageux reçoit une niche blanche avec sa propre clôture, « the Bobbie’s Castle. » Les gens font la queue pour le voir, près de quatre mille personnes pour lui serrer la patte et lui caresser derrière les oreilles.

Le chien Bobbie, son voyage épuisant

Bobbie - chien - famille Brazier

Le chien Bobbie et la famille Brazier. Image provenant de americacomesalive.com

Il reçoit le droit unique de pouvoir de promener dans la ville de Silverton sans laisse. Bobbie peut alors marcher dans la ville sans risque, se pavanant devant les chiens attachés. Au vu de ses faits, certains veulent obtenir une descendance de ce chien incroyable. Mais la famille ne permet la naissance que d’une seule portée avec une colley local en 1925. Bobbie obtient alors une compagnie avec son fils Pal.

Le chien Bobbie décède en avril 1927, âgé de six ans. Mais son vétérinaire lui donne un âge de dix ans. Son périlleux voyage peut expliquer cette contradiction. Bobbie se voit enterrer à l’Oregon Humane Society à Portland. Son château marque sa tombe avec deux cents personnes présentent. Une semaine plus tard, c’est le chien Rintintin qui lui rend visite. Il lui dépose une couronne de fleur sous les flashs des photographes.

Ainsi s’achève l’épopée du chien Bobbie sur Histoire de Compagnie. Découvrez bien d’autres animaux qui ont parcouru de longue distance. C’est ainsi le cas de la girafe Zarafa, faisant le voyage à pied de Marseille à la capitale française. Ainsi que l’hippopotame Huberta qui réalise un voyage en Afrique du Sud de sa propre volonté.

Ce que l’histoire retient du chien Bobbie

La distance parcourue pour rentrer chez lui en passant par plus de sept États américains en six mois.

Média

Le film muet dans lequel joue Bobbie en 1924 se nomme The Call of the West. Une peinture murale présente son périple dans la ville de Silverton. Chaque année à lieu dans la ville un défilé en l”honneur des animaux de compagnies. Le premier ambassadeur était le fils de Bobbie, Pal.

En 2016, un livre pour enfant est paru, Bobbie the Wonder Dog: A True Story.

Sources

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
quis Praesent tristique ut in fringilla Aliquam
%d blogueurs aiment cette page :