L’aigle Old Abe et la guerre de Sécession

aigle - Old Abe

L’aigle Old Abe et la guerre de Sécession. Image provenant de wikipédia.

L’histoire de l’aigle Old Abe se passe pendant la Guerre de Sécession entre 1861 et 1865. Cette guerre civile américaine oppose les états du Nord dirigé par Abraham Lincoln et qui souhaite la fin de l’esclavage et les états du Sud qui s’y oppose. Le Wisconsin fait partie de l’Union, ceux qui suivent le président élu. Les premiers à attaquer sont les Confédérés le 12 avril 1861. La réponse du président Abraham Lincoln est la mobilisation d’une armée volontaire dans chaque État unioniste.

Un arbre abattu, un aiglon mort, deux aigles fauchés

Au printemps 1861 naît l’aigle Old Abe dans l’état du Wisconsin aux États-Unis, c’est un pygargue à tête blanche. Il se trouve avec un autre aiglon dans le nid, tous les deux perchés au sommet d’un grand pin près de la rivière Flambeau. Un jour, un amérindien établi son camp de chasse le long de la rivière. Il les repère, ses parents des aiglons faisant des allers-retours pour les nourrir. L’amérindien décide d’abattre l’arbre pour pouvoir les récupérer. Après une demi-journée à attaquer l’arbre, Old Abe chute au sol avec le deuxième aiglon, mais ce dernier ne survit pas. Après un combat contre les deux aigles adultes qui viennent protéger leur progéniture, l’indien emporte sa prise.

L’aiglon montre un mauvais caractère, irritable, ne voulant pas se soumettre. Alors, un jour d’approvisionnement à Eagle River, l’amérindien fait le voyage en canoë, avec son père, sur la rivière Chippewa. l’indien le vend à un riche aristocrate en échange d’un boisseau de maïs, soit environ 25 kilos.

Ce dernier se rend compte de la difficulté d’avoir un aigle comme animal de compagnie, il se rend alors dans la ville de Chippewa Falls pour le revendre en août 1861. Il obtient de 2,50 $, soit environ 73 $ actuellement, de la part d’un marchant local. Il le donne à son tour à une unité militaire constitué de volontaires de la ville de Eau Claire. Ils le nomment Old Abe, en référence à Abraham Lincoln. L’aigle se retrouve avec un ruban bleu, blanc et rouge autour du cou avec une rosette.

L’aigle Old Abe et les soldats volontaires

L’un des soldats devient son gardien ainsi que son porteur. Il lui fabrique un perchoir mesurant 1,5 mètre de haut. Old Abe les suit dans leur déplacement que ce soit par des exercices ou des défilés. Lorsque l’aigle se rend au camp Randall, un site militaire à Madison dans le Wisconsin, après un voyage en bateau en vapeur, Old Abe reçoit de nombreuses acclamations.

Au moment de son passage par la ville de La Crosse, toujours dans le Wisconsin, une personne offre 250 $, soit plus de sept mille dollars actuellement. L’offre est rejetée, les soldats gardent leur mascotte et ne le regrettent pas. Lorsqu’ils sont revenus au camp Randall, les soldats se mettent à chanter, l’aigle Old Abe participe, battant des ailes, hurlant, attrapant un des petits drapeaux de son perchoir dans son bec.

Lorsque le régiment de volontaire est intégré au 8e Wisconsin pendant la guerre civile américaine, un nouveau perchoir est fabriqué. Un bouclier se trouve dorénavant sous la barre transversale, tandis que deux flèches dorées se trouvent sur chaque extrémité.

La guerre de Sécession vécu par l’aigle Old Abe

Porter l’aigle Old Abe sur son perchoir demande un grand effort physique. L’oiseau pèse à lui seul 7,5 kilos à l’âge adulte. Ainsi, le soldat responsable n’a pas d’autre affectation que de s’occuper de lui. Lors des charges, il se trouve à la gauche du porte-drapeau au centre du régiment. Old Abe est relié à son perchoir par un anneau autour d’une de ses pattes avec une corde de six mètres. Pendant les défilés, l’excédent est enroulé autour du perchoir.

Lors de son passage à Chicago, les spectateurs sont aussi excités de le voir que ceux du camp Randall. Mais lors du passage dans la ville de Saint Louis le 12 octobre 1861, la ville est divisée entre ceux qui supportent le Sud et les autres le Nord. Ainsi les seconds, pourtant du même camp que le régiment de Old Abe les accueille mal. La cause, les soldats ne portent pas la bonne couleur d’uniforme, le gris considéré comme étant celui du camp ennemi. Une personne appelle alors Old Abe de buse. L’aigle arrive à se libérer, prend son envol vers le haut d’une cheminée. Il faut une demi-heure aux soldats, avec l’aide d’un policier, pour le récupérer.

Old Abe n’est pas la seule mascotte du régiment, un petit chien, Frank, accompagne aussi les soldats. Ce dernier va même chasser des écureuils et des lapins pour nourrir l’aigle. Mais à un moment où les rations deviennent insuffisantes, Old Abe tente de s’attaquer au petit chien.

aigle - Old Abe - perchoir - soldats

L’aigle Old Abe sur son perchoir avec des soldats du 8e Wisconsin. Image provenant de Wikipédia.

La relation de l’aigle Old Abe avec son bataillon

Le temps passe et la corde qui retient Old Abe disparaît, s’étant maintenant habitué à vivre avec les soldats unionistes. L’aigle peut alors se promener comme il le souhaite dans le camp. Mais c’est une véritable nuisance, il rentre dans les tentes pour y renverses les seaux remplis d’eau. Il s’attaque aussi aux rations qui traînent, tandis qu’il arrache les vêtements qui sèchent. Les poules volées aux confédérés sont sous haute surveillance, de peur que Old Abe les dérobe.

Son porteur comprend les besoins de l’aigle. Ainsi lorsque Old Abe incline la tête en arrière, il lui verse de l’eau potable. Il a aussi un vocabulaire sonore qui indique son état. Ainsi, lorsqu’il est surpris, il lâche un sifflement bref mais intense. Quand il est sur le point de manger, il glousse joyeusement. À la vue d’un vieil ami, c’est un délicat petit roucoulement. Si la ration n’est pas suffisante, il se plaint en gémissant.

Lorsque son porteur présente son doigt, la mascotte s’en saisit dans son bec, sans le mordre, gloussant de manière rauque. L’aigle a une trés bonne mémoire, ainsi lorsqu’une personne le taquine, il s’en souvient. Que cela soit quelque jour, ou plusieurs semaines, Old Abe attaque celui qui lui a fait un mauvais tour. Il n’accepte le contact que des membres du 8e Wisconsin.

Ses différentes batailles

Lors des différentes marches, Old Abe se montre calme et patient même si son regard se porte souvent sur les oiseaux qui volent librement dans les airs. L’aigle porte une préférence certaine pour la chair fraîche, les préférant aux rations en conserve que les soldats doivent avaler.

Pendant les combats, Old Abe doit rester au camp. Mais il arrive parfois qu’il se retrouve sous les feux ennemis. Lors d’une bataille à Farmington, dans le Mississippi, l’aigle doit se cacher dans les hautes herbes pour ne pas être touché. Une fois la tempête passée, il remonte sur son perchoir lorsque les soldats doivent avancer.

Le 9 mai 1862, lors de la bataille de Corinthe, toujours dans le même état, il se met à hurler et battre des ailes lorsque les soldats applaudissent. Lors de la seconde bataille de Corinthe, entre 3 et 4 octobre 1962, la corde qui le retient est coupé par une balle. Old Abe survole alors les combats, avant d’être récupéré. Mais il a reçu une balle, seul quelques plumes ont été coupées.

Ainsi, l’aigle Old Abe devient une cible pour les confédérés, le préférant à la capture de soldats.

L’aigle Old Abe, cible des confédérés

Pendant la campagne de Vicksburg entre mai et juillet 1863, durant une inspection par deux généraux, les soldats ont applaudi les deux hommes. L’aigle suit le mouvement, criant et battant les ailes. Les deux généraux lui répondent en retirant leurs chapeaux. Une habitude qu’ils gardent à chaque fois qu’ils passent devant Old Abe.

Le 2 novembre 1863, le bataillon de l’aigle se trouve en plein milieu des combats et il se trouve avec eux. Les ennemis le nomment Yankee Buzzard. Cela énerve beaucoup les soldats, tentant de les déstabiliser pour leur prendre, voir tuer la mascotte du régiment.

Le 19 juin 1864, une partie des soldats sont en permission. Ils quittent Memphis, dans le Tennessee, passent par Chicago, dans l’Illinois, le 21 juin 1864. Le lendemain, les cloches sonnent et un salut national est tiré pour Old Abe et les soldats volontaires. De nombreux citoyens et dignitaires sont présents. Le 4 juillet 1864, ils se trouvent à Chippewa Falls. Des chants patriotiques, des tires de canons et une grande fanfare les précèdent en procession dans les rues. Ils retournent finalement à Memphis en août 1864.

Sa vie après la guerre de Sécession

aigle - Old Abe - gardien - capitole

L’aigle Old Abe avec son gardien dans les sous-sol du Capitole de Madison. Image provenant de Wikipédia.

Le 16 septembre 1864, une grande partie des soldats volontaires ne rempilent pas. Old Abe les accompagne dans leur voyage de retour, quittant ainsi les champs de bataille. C’est durant cette période qu’il devient pleinement adulte, sa tête s’est recouvert de plumes blanches. Lui donnant un nouveau surnom, the baldheaded veteran, le vétéran chauve, lui qui fut témoin de 37 batailles, escarmouches et assauts. Ce sont pas moins de six porteurs qui se sont succédé.

Le 21 septembre 1864, son porteur démissionne à Chigago. C’est son futur gardien qui le porte jusqu’à Madison, accompagné de 70 anciens combattants. Ainsi le lendemain, l’aigle Old Abe est officiellement présenté au gouverneur de l’État. Sa nouvelle demeure se trouve dans le sous-sol du capitole de Madison, sortant par beau temps dans le parc. Un gardien satisfait ses besoins et une grande baignoire sur mesure permet de le nettoyer entièrement.

L’incendie qui prend la vie de l’aigle Old Abe

En 1868, il se déplace pour une convention républicaine, qui nomme Grant à la présidence. Aucune réunion des anciens combattants du Wisconsin ne se fait sans lui. Il se rend en 1875 à Chicago au grand camp national de la Grande Armée de la République, puis en 1876 à l’exposition de Philadelphie. Il fait aussi des apparitions publiques à des banquets et à des foires.

Le reste du temps, il le passe avec un toit sur la tête, ne pouvant voler librement. À chaque fois que l’un des porteurs de son régiment passent le voir, Old Abe les reconnaît, se frotte la tête contre la joue de l’ancien soldat, gloussant de plaisir.

En février 1881, un petit incendie se déclare dans le sous-sol du Capitole. Old Abe alerte du problème et l’incendie est rapidement éteint. Mais l’aigle a inhalé une grande quantité d’une fumée noire et épaisse. Un mois plus tard, la santé de Old Abe commence à décliner. Malgré tous les efforts des médecins, l’aigle Old Abe décède le 26 mars 1881 dans les bras de son gardien, à l’âge de 20 ans.

L’incendie qui emporte sa dépouille

Le 17 septembre 1881, les restes de Old Abe sont placés dans une vitrine dans la rotonde du Capitole du Wisconsin. Il y reste jusqu’en 1885, où il est déplacé dans la rotonde du GAR Memorial Hall. Puis 1900, l’aigle est à nouveau changé de lieu, il arrive à la Société historique de l’État du Wisconsin. Mais sous la pression des anciens combattants, Old Abe retourne au Capitole en 1903. C’est durant cette date que le président Roosevelt le voit, lui qui avait lu son histoire dans les livres lorsqu’il était enfant. En 1904, les restes de Old Abe disparaisse après qu’un second incendie qui ravage le Capitole.

En vous remerciant d’avoir lu cette biographie sur Histoire de Compagnie, pensez à commenter et à partager. Découvrez bien d’autres histoires d’oiseaux, tel que le perroquet Alex qui avait appris à compter. Ou encore, le pigeon Cher Ami qui sauva le bataillon perdu.

Ce que l’histoire retient de l’aigle Old Abe

Il a été une représentation vivante du symbole américain durant la guerre de Sécession.

Média

Old Abe apparaît dans plusieurs livres anglais. Old Abe the War Eagle paru en 1986, The Legend Old Abe: A Civil War Eagle paru en 2006 et Old Abe the Eighth Wisconsin War Eagle en 2009.

Deux reproductions de Old Abe se trouve à la salle de l’Assemblée de l’État du Wisconsin depuis 1915, et une autre se trouve au Musée des Vétérans du Wisconsin. Une sculpture en pierre de Old Abe se trouve au sommet de l’arc du Camp Randall.

De 1865 à 1969, Old Abe est le logo d’une marque de fabrication de matériel agricole. L’aigle est aussi présent sur l’insigne d’une division de l’armée américaine, celle qui correspondait par le passé au Wisconsin. Il est aussi la mascotte d’une équipe sportive qui porte aussi son nom.

Sources

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
tempus lectus libero amet, ut quis, commodo vulputate, mi, Praesent
%d blogueurs aiment cette page :